BFM Auto

Tesla sous contrôle de Volkswagen: un scénario effrayant pour Elon Musk

En cas d'investissement important, Volkswagen aurait pris trop d'importance chez Tesla au goût d'Elon Musk.

En cas d'investissement important, Volkswagen aurait pris trop d'importance chez Tesla au goût d'Elon Musk. - Heiko JUNGE / NTB Scanpix / AFP

D'après le Wall Street Journal, Volkswagen aurait envisagé de participer à l'opération de sortie de la Bourse de Tesla en apportant des fonds. Une perspective de voir un constructeur automobile traditionnel prendre trop d'importance au sein de la marque de voiture électrique qui aurait convaincu Elon Musk de renoncer à ce projet.

Tesla, une marque de la galaxie Volkswagen avec Audi, Porsche et tant d'autres? C'est un scénario qui aurait a priori pu se dessiner si Elon Musk n'avait pas renoncé à sortir de la Bourse.

Le groupe allemand se serait en effet positionné pour apporter les fonds nécessaires pour mener à bien l'opération, révèle le Wall Street Journal, qui cite des sources proches du dossier.

Un financement pas si sécurisé

Pour bien comprendre, petit retour en arrière: le 7 août dernier, à la surprise générale, Elon Musk avait indiqué sur Twitter qu'il comptait sortir Tesla de la Bourse, avec une offre de rachat de 420 dollars l'action avec la précision "financement sécurisé". Sauf qu'en réalité, le patron de la marque de voitures électriques se serait un peu emballé sur ce dernier point. 

Comme le raconte le Wall Street Journal, les jours suivants cette annonce, la banque Goldman Sachs et le fonds Silver Lake auraient bouclé un accord de financement à hauteur de 30 milliards de dollars. Une somme colossale (mais nécessaire pour boucler une opération estimée à plus de 70 milliards de dollars), apportée par le fonds Silver Lake lui-même... et le groupe Volkswagen.

La solution Volkswagen écartée par Musk

Et c'est bien ce qui aurait effrayé Elon Musk: perdre le contrôle de Tesla, où il dispose actuellement des "pleins pouvoirs", en étant à la fois l'actionnaire majoritaire, le directeur général (CEO) et le président du conseil d'administration. Un conseil d'administration où il bénéficierait en outre de nombreux soutiens. La perspective de voir un acteur comme Volkswagen, constructeur automobile traditionnel, prendre de l'importance dans un constructeur très branché "nouvelles technologies" aurait ainsi contraint Elon Musk à éloigner cette option et donc la sortie de la cote.

A noter que les constructeurs traditionnels, Daimler et Toyota ont déjà été présents au capital de Tesla, avant de se retirer, respectivement en 2014 et 2017. Mais c'était au début de l'aventure Tesla avec des accords financiers qui traduisaient surtout des partages de technologies.

Julien Bonnet