BFMTV

Une femelle béluga apprend le langage de ses compagnons de captivité dauphins

Un béluga. (illustration)

Un béluga. (illustration) - Wade Brooks - flickr - CC

L'animal a opéré le changement de langage en seulement deux mois. En face, les dauphins n'ont pratiquement pas fait d'efforts.

La capacité d'adaptation des cétacés est saisissante. Une femelle béluga a reconfiguré sa manière de s'exprimer en seulement deux mois, établit une étude parue dans la revue scientifique Animal Cognition. Le temps pour elle d'apprendre le langage des dauphins, ses compagnons de captivité. L'animal de quatre ans avait commencé, peu après son arrivée, à émettre des sifflements n'appartenant ordinairement qu'au langage des dauphins tursiops. Du coup, elle abandonne ses vocalisations de béluga.

Avant d'être transférée en 2013 au Dolphinarium Koktebel, en Crimée, l'odontocète était parfaitement sociabilisé avec ses congénères bélugas et "parlaient" leur langage.

"La première apparition du béluga dans le delphinarium a causé une frayeur chez les dauphins", écrivent les chercheurs Elena Panova et Alexandr Agafonov de l'Académie russe des sciences à Moscou.

Une adaptation étonnamment rapide

Heureusement, l'intruse s'est rapidement adaptée. L'équipe de chercheurs a enregistré quelque 90 heures de sons. Il en ressort que la béluga a commencé par adresser à chacun des dauphins une séquence sonore personnifiée, différente pour chacun d'entre eux. De fait, elle a très vite abandonné la manière d'interpeller des bélugas.

En revanche, il apparaît que la réciproque n'est pas vraie. Ainsi, les dauphins n'ont pas fait l'effort d'apprendre le langage de l'autre espèce. "L'écoute des enregistrements audio réalisés avant et après l'introduction du béluga, a révélé que les imitations de dauphins étaient courantes, mais qu'il n'y avait qu'un seul exemple dans lequel les dauphins ont imité un appel court ressemblant (mais ne présentant pas les mêmes caractéristiques physiques) à ceux des bélugas."

L'explication tient sans doute au fait que le présent béluga et ses compagnons de bassin dauphins n'étaient pas placés dans la même situation "sociale". Face au nombre, c'est logiquement le spécimen de l'espèce la moins représentée qui a dû consentir à adapter sa communication.

>> Ci-dessous, l'exemple d'un béluga imitant la voix humaine

David Namias