BFMTV

Pas-de-Calais: le dernier des 30 requins-marteaux de l'aquarium Nausicaá est mort

Le dernier des 30 requins prélevés en Australie est mort jeudi (illustration).

Le dernier des 30 requins prélevés en Australie est mort jeudi (illustration). - Gary J Wood / CC / FLICKR

Touché par une infection, ce requin-marteau est mort jeudi. Aucun des 30 requins-marteaux qui peuplaient l'aquarium n'a survécu.

Le dernier requin-marteau de l'aquarium Nausicaá à Boulogne, dans le Pas-de-Calais, n'a pas survécu, rapporte vendredi La Voix du Nord. Atteint par une infection, il avait été placé dans un bassin d'isolement "afin de mieux l’observer et de lui prodiguer tous les soins nécessaires", ont indiqué sur Facebook les équipes de l'aquarium. "Il y a trois semaines les soigneurs ont remarqué qu’il ne s’alimentait plus régulièrement", précise la publication. 

"Malgré les efforts et le dévouement de l’équipe aquariologique, l’état du requin marteau ne s’est pas amélioré. Cet événement est particulièrement triste pour Nausicaá et nous tenons à souligner le professionnalisme de nos équipes et les soins attentionnés apportés quotidiennement aux animaux", peut-on lire.

L'animal était arrivé il y a huit ans. "Il provenait de la côte Nord-Est de l’Australie avec l’accord et sous le contrôle des autorités australiennes. Nausicaá avait fait le choix de prélever ce requin marteau à un stade juvénile avant que la sélection naturelle ne s’opère pour limiter l’impact de ce prélèvement", indique l'aquarium. 

Une espèce fortement menacée

Il faisait partie d'un groupe de 30 requins prélevés bébés, "statistiquement condamnés dans leur milieu naturel". En 2018, à la réouverture du centre, seuls deux avaient survécu, indiquait 20 Minutes à l'époque. 

"La présence du requin marteau à Nausicaá avait pour mission de sensibiliser nos visiteurs à la beauté et à la fragilité de cet animal, de mieux le connaître et observer ses comportements pour apprendre à le protéger encore mieux dans son milieu naturel. Le requin marteau est une espèce fortement menacée, notamment à cause de la pêche à l’aileron et du braconnage qui entraînent une forte diminution de sa population", rappelle l'aquarium.

Après l'annonce de cette mort, Frédéric Cuvillier, président de la Communauté d'agglomération du Boulonnais a réclamé, dans un communiqué, "une rencontre des spécialistes, experts, aquariologistes mondiaux" afin de "procéder à un état des lieux des connaissances, et constituer un comité scientifique et éthique qui permettra la mise en place d’un plan d’action d’ampleur pour la sauvegarde de l’espèce".