BFMTV

Gard: un chasseur jugé pour avoir traîné un chien sur plusieurs mètres avec sa voiture

Le chien Rocky, traîné en décembre dernier par un 4x4, se remet doucement de ses blessures (photo d'illustration).

Le chien Rocky, traîné en décembre dernier par un 4x4, se remet doucement de ses blessures (photo d'illustration). - Pxhere

Un retraité du Gard est jugé ce mercredi pour "acte de cruauté envers un animal" après avoir traîné le chien d’un voisin avec son 4x4.

Après l’émoi suscité la semaine dernière par le sort réservé au chien Gucci, traîné par un scooter à Bobigny, une nouvelle affaire de maltraitance animale est jugée ce mercredi par le tribunal correctionnel de Nîmes, rapporte France Bleu.

A la barre, un retraité, chasseur, accusé d’avoir traîné sur 3 ou 4 kilomètres Rocky, un chien de 15 mois appartenant à l’un de ses voisins. Les faits remontent au 29 décembre dernier. En rentrant chez lui, Eric de Sousa, un habitant de Saint-Étienne des Sorts, s’inquiète de ne pas retrouver son animal dans le jardin. C’est un chasseur de la commune, âgé de 59 ans, qui le rassure dans la soirée: son chien a été retrouvé en piteux état sur les hauteurs du village. La pauvre bête est blessée au niveau du poitrail, des coussinets et des pattes.

L’auteur des faits sous contrôle judiciaire

Étrangement, le chasseur qui a retrouvé Rocky presque mort n’est autre que son tortionnaire. Des riverains affirment l’avoir vu tirer l’animal, attaché par le cou, sur plusieurs kilomètres avec un 4x4. L’individu a été interpellé le 3 janvier dernier.

Placé en garde à vue, l’homme a été incapable d’expliquer son geste. Le retraité a été placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de sa comparution, une décision rare en matière de maltraitance animale précise France Bleu. Ce mercredi 14 février, il sera ainsi jugé pour "acte de cruauté envers un animal", d’après la qualification retenue par le parquet de Nîmes. Le prévenu encourt deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Solidarité en ligne

Depuis le début de l’année, l’histoire de Rocky a ému les habitants de Saint-Étienne des Sorts mais aussi les internautes qui sont déjà plus de 500 à avoir apporté leur soutien sur une page Facebook créée par la fille des propriétaires du chien.

"Ce n'est pas que pour mon chien, c'est aussi pour tous les animaux que je veux me battre" explique la jeune femme à Midi Libre. Un appel à manifester devant le tribunal de Nîmes, le jour de l'audience, est lancé. Nous avons le soutien de la SPA de Paris du Collectif contre la maltraitance animale qui avec notre famille, se portent partie civile."

De son côté, Rocky se remet doucement de ses blessures mais reste traumatisé par cette expérience, assurent Eric de Sousa et sa compagne qui enchaînent les visites chez le vétérinaire. Ils en sont déjà pour plus de 700 euros de frais.

Hervine Mahaud