BFMTV

Fourrure arrachée, peau déchirée... le calvaire des lapins angoras

L'association One Voice a mené une enquête dans six élevages français pour dénoncer les actes de maltraitance animale subis par les lapins angoras. - Attention, ces images peuvent choquer.

Attention, ces images peuvent choquer. Il y a eu les vidéos chocs de L214, tournées en secret dans les abattoirs français. Des images insoutenables qui n'ont pourtant rien à envier à celles dévoilées par One Voice, une organisation luttant pour la cause animale basée à Strasbourg.

De février à juillet 2016, des membres de cette association se sont Infiltrés pour mener une investigation dans six élevages français. Des élevages dont One Voice a tu le nom, contrairement aux méthodes de L214. Le but de cette enquête: dévoiler les conditions de vie des lapins angoras pour dénoncer un système.

"La littérature vantant les mérites de la filière française avance que, chez nous, les lapins exploités pour leur poil ont le rare privilège de mourir de vieillesse", s'indigne One Voice sur son site, rappelant que ces animaux vivent entre six et sept ans enfermés dans des cages.

"Parfois il y a des lambeaux qui viennent"

Mais au-delà de cette vie de reclus, les lapins angoras souffrent le martyre à l'heure de l'arrachage de poils. Des poils très prisés par l'industrie du textile.

Vous ne regarderez plus jamais les pulls angoras du même œil. La douceur de la texture tranche avec la brutalité de l'épilation. Car si le poil peut être récolté par la tonte, l'arrachage de la fourrure permet aux exploitants d'obtenir des poils plus longs.

La vidéo de One Voice montre ce procédé. Les lapins sont attrapés brusquement, maintenus par la force, les pattes attachées, leur pelage est arraché, déchirant parfois leur peau. Le silence est brisé par les hurlements des lapins qui se débattent et les commentaires de l'éleveur - parfois dénués de toute sensibilité.

"J'ai dû passer une fois deux heures sur un lapin, qui se déchirait de partout… Des fois tu te dis qu'il vaut mieux lui foutre un coup sur la tête à celui-là", raconte sereinement l'éleveur tout en débarrassant l'animal de sa fourrure. Il indique également qu'"il ne faut pas tirer trop fort au niveau du sexe, la peau est tellement fine que parfois il y a des lambeaux qui viennent".

Le sort des lapins angoras avait déjà été mis en lumière par la PETA, une autre association militant pour la cause animale. L'organisation avait précisé que 90% de la fourrure d'angora provenait de Chine.

One Voice a quant à elle lancé une pétition "pour l'interdiction de l'élevage des lapins angoras et du commerce de leur laine".

Marie-Caroline Meijer