BFMTV

Y a-t-il trop de touristes à Paris?

Malgré un début d'année marqué par la crise des gilets jaunes, le tourisme se porte bien en Ile-de-France selon un dernier bilan. Alors que 2019 pourrait être une année record en matière de fréquentation touristique, certains appellent à mieux répartir l'accueil pour éviter le "surtourisme".

Le tourisme est au beau fixe à Paris et en Ile-de-France. Ce mardi, le Comité régional du tourisme a présenté le bilan de fréquentation touristique pour le premier semestre 2019.

Malgré un début d'année marqué par les mouvements sociaux des gilets jaunes, la fréquentation touristique frôle le record de 2018. Le premier semestre 2019 devient la deuxième meilleur performance de ces 10 dernières années, avec près de 17,3 millions d'arrivées hôtelières à Paris et en Ile-de-France. Mais Paris peut-elle encore continuer à accueillir davantage de touristes?

Ces derniers jours plusieurs personnalités mettent en garde contre le surtourisme. La semaine dernière, Gaspard Gantzer, candidat à la mairie de Paris déplorait ainsi sur RMC qu'il y ait trop de touristes dans la capitale, comparant Paris à Venise et regrettant que certains quartiers aient été "transformés en parcs d'attraction".

"Accueillir mieux les touristes"

Cette semaine, Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et soutien de Benjamin Griveaux met à son tour en garde contre une saturation touristique dans la capitale.

"Les chiffres du tourisme sont bons et il faut s'en féliciter mais le nombre de touristes va continuer d'augmenter (...) donc il faut prévoir la suite et se dire qu'il faut accueillir beaucoup mieux les touristes plutôt que de se dire qu'il faut accueillir toujours plus de touristes", insiste-t-il sur BFM Paris. 

L'élu divers droite prône pour la création d'une seule structure pour régir l'offre touristique (hôtellerie, transports etc), aujourd'hui dispatchée entre la mairie de Paris et la Région Ile-de-France.

3 à 4% des Franciliens jugent qu'il y a trop de touristes

Du côté de la Région, on rejette pour l'instant l'idée d'un surtourisme.

"Il n'y a pas de surtourisme. Vous avez de l'ordre de 3 à 4% des Franciliens qui considèrent qu'il y a un surtourisme, ce n'est pas comme Venise où vous avez 21% ou Dubrovnik où vous avez 18%. Nous ne sommes pas du tout dans la même configuration", analyse Eric Jeunemaître, président du Comité régional du tourisme.

Malgré tout, face à l'hyper-fréquentation de certains monuments, comme la tour Eiffel ou encore le musée du Louvre, l'idée de repenser l'offre touristique fait son chemin. Cet été, la mairie de Paris a par exemple lancé des circuits dans le 14e arrondissement pour tenter d'attirer les visiteurs vers un Paris "plus inattendu". Les institutions cherchent aussi à attirer les touristes hors de Paris. 

"Nous avons une région qui est absolument exceptionnelle en en matière de monuments et de joyaux touristiques, donc il faut élargir l'offre, vous avez autour de Paris une offre touristique absolument exceptionnelle", insiste Eric Jeunemaître. 

"Nous avons des sites qui méritent vraiment la visite et le détour, renchérit Valérie Pécresse, présidente de la Région. Il va falloir organiser des circuits, des tours (...) et on va emmener les touristes hors du périphérique."

Carole Blanchard