BFMTV

Toulouse: le père de Mohamed Merah est de retour en France

Mohamed Benalel Merah, le père de Mohamed Merah, à Alger en mars 2012.

Mohamed Benalel Merah, le père de Mohamed Merah, à Alger en mars 2012. - Farouk Batiche - AFP

Le père de Mohamed Merah se serait installé en toute illégalité à Toulouse, selon RTL. D'après nos informations, la police judiciaire l'a auditionné en février dernier, mais la justice n'a pas retenu de charges contre lui.

Plus de trois ans après les tueries de Toulouse et Montauban, le père de Mohamed Merah serait revenu vivre à Toulouse, selon RTL. Il disposerait d’un appartement sur place, dans le quartier de Bagatelle. Le père du "tueur au scooter", qui vivait en Algérie depuis une dizaine d’années, serait désormais en France en toute illégalité, sa carte de séjour étant périmée. La préfecture, interrogée par l'AFP, a affirmé qu'une demande de renouvellement de sa carte de résident avait été refusée il y a plusieurs semaines.

Une information qui provoque la colère des familles des victimes, persuadées qu'il n'a jamais été auditionné par la police alors qu'il pourrait détenir des informations cruciales. En effet, après la mort de Mohamed Merah, son père s’était exprimé depuis l’Algérie et avait affirmé détenir des enregistrements vidéos confidentiels. Il avait ajouté que son fils travaillait en réalité pour les services secrets français, et avait déposé plainte contre la France. 

Pourtant, selon nos informations, Mohamed Benalel Merah a bien été entendu en février dernier par la police judiciaire de Toulouse, dans le cadre d'une commission rogatoire. Les juges n'ont finalement pas retenu de charges contre lui.

"Où sont ces vidéos, si elles existent bien?"

Albert Chennouf-Meyer, le père d'Abel Chennouf, militaire tué par Mohamed Merah à Montauban, ne décolère pas. "Pourquoi l’Etat cache cette vérité, je parle de la présence de Merah à Toulouse. Est-ce qu’il nous cache quelque chose, est-ce parce que ça dérange?", demande-t-il au micro de la radio.

"Je réclame que le procureur (de Paris, Ndlr) François Molins signe un mandat d’arrêt pour que l’on entende ce monsieur (...). Qu’il lui pose la question, qu’il le fasse venir à Paris et qu’il lui dise, 'maintenant, Monsieur, dites-nous ce que vous savez. Et où sont ces vidéos, si elles existent bien?'." poursuit-il.

"J’ai plus la conviction hélas que Merah savait des choses, c’est la raison pour laquelle il a été tué, et le père sait des choses, c’est la raison pour laquelle on ne veut pas l’entendre", assène-t-il. "Je viens ce lundi à Toulouse, je vais poser la question la vraie question au père Merah, au sujet de ces vidéos. Je vais faire le travail que l’Etat ne fait pas."

Mohamed Merah avait assassiné trois militaires, puis trois enfants et un enseignant juifs entre le 11 et le 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban, avant d'être abattu par les forces de police à l'issue d'un siège de plus de trente heures à son domicile.

V.R.