BFMTV

Orages: les 178 passagers d'un vol Ryanair dérouté à Toulouse passent la nuit dans le hall de l'aéroport

Ryanair

Ryanair - AFP

Le vol Ryanair reliant Marrakech à Bordeaux mardi soir a été dérouté en raison de mauvaises conditions climatiques. Mais au lien d'être pris en charge à leur arrivée à Toulouse, les passagers ont été délaissés, contraints de passer toute la nuit par terre dans le hall de l'aéroport.

Les orages sont à l’origine d’une nuit de galère pour les passagers d’un vol Ryanair. Dans la nuit de mardi à mercredi, le vol Ryanair FR5294 reliant Marrakech à Bordeaux a été dérouté vers l’aéroport de Toulouse-Blagnac en raison des mauvaises conditions météorologiques au-dessus de la ville girondine.

"On a tourné au-dessus [de Bordeaux, NDLR] une bonne demi-heure, le commandant de bord nous a proposé Toulouse, à l'arrivée on nous a dit: dans une demi-heure, vous aurez des bus qui vont vous rapatrier sur Bordeaux", raconte une passagère vivant à Marrakech à La Dépêche

"Les gens ont craqué"

Arrivés à Toulouse vers minuit, les 178 passagers ont donc été priés de débarquer de l'appareil. Mais contre toute attente, c'est à ce moment-là que le cauchemar a commencé. Aucun moyen de transport n'est prévu pour les conduire à leur destination. Ils se retrouvent bloqués à l'aéroport de Toulouse-Blagnac... toute la nuit. 

"On a dormi par terre. On a eu des sortes de couvertures mais seulement vers 7 heures du matin. On n’a pas eu d’alimentation, rien. Il y avait des gens en fauteuil roulant, des personnes âgées, des nouveau-nés et on nous a tous laissé par terre. Les gens ont craqué, ce n’est pas possible", rage Brigitte, une passagère, sur notre antenne.

"Ryanair s'est débarrassé de nous", ajoute une autre passagère à La Dépêche. Ce n'est que ce mercredi vers 9h15 que les passagers ont pu monter dans trois bus affrétés par la compagnie irlandaise et rejoindre enfin Bordeaux. La compagnie aérienne a ensuite envoyé un message lapidaire aux passagers lésés dans lequel elle renouvelle ses "excuses pour le retard du vol" rappelant que "la ponctualité" est sa "priorité". 

Ambre Lepoivre