BFMTV

Moirans, théâtre de la colère des gens du voyage

Des véhicules incendiés à Moirans, mardi.

Des véhicules incendiés à Moirans, mardi. - BFMTV-Le Dauphiné Libéré

La communauté des gens du voyage de Moirans réclame que deux d'entre eux, détenus depuis samedi, obtiennent une permission de sortie pour assister à des obsèques.

Voies SNCF coupées, voitures en feu, saccages: une centaine de gens du voyage sédentarisés à Moirans, en Isère, ont manifesté avec violence mardi soir dans la ville. Ils réclamaient une permission de sortie pour deux d'entre eux, incarcérés à Aiton, afin d'assister à des obsèques. Pour l'instant, le juge d'application des peines a refusé leur demande. 

"Une centaine de personnes avec des barres en fer bloquent la gare. Autour, il y a eu de lourds saccages, notamment le restaurant attenant à la gare. Sur les voies SNCF, ils ont fait brûler des voitures", a indiqué Franck Longo, directeur de cabinet du maire. 

Au total, selon nos informations, cinq véhicules ont été incendiés, un restaurant a été détruit, et une école et une MJC ont été évacuées dans l'après-midi par mesure de précaution. Un dispositif d'une centaine de gendarmes a été déployé et va être maintenu durant la nuit. La situation est "sous contrôle", a par ailleurs indiqué la préfecture. Le préfet Jean-Paul Bonnetain a précisé mardi soir que des interpellations auront sans doute lieu dans les jours à venir. Le préfet précise en effet qu'un "hélicoptère est intervenu avec des moyens vidéo utiles pour survoler l'ensemble de l'opération". "Des images ont été faites et pourront être exploitées sous le contrôle du parquet", ajoute-t-il.

Mutinerie dans la prison

Une mutinerie a eu lieu au même moment au centre de détention d'Aiton, en Savoie, où se trouvent les détenus dont la permission de sortie est réclamée par les gens du voyage, a-t-on appris de source syndicale. Selon Pascal Gaudot, du syndicat UFAP, les incidents ont débuté vers 17 heures.

Une vingtaine de détenus, sur les 189 de l'établissement, ont mis le feu à leur coursive et détruit les serrures de leurs cellules. Une équipe régionale d'intervention et de sécurité, venue de Lyon et spécialisé dans le rétablissement de l'ordre dans les prisons, a été dépêchée sur place. D'après nos informations, les autorités judiciaires et pénitentiaires ont décidé d'extraire les 10 détenus les plus virulents, dont celui qui avait demandé à bénéficier d'une permission. Il doit être transféré ce mardi soir dans un autre centre pénitentiaire.

Manuel Valls en colère

Sur Twitter, Manuel Valls a dénoncé cette situation. "Face aux violences inadmissibles commises à Moirans, une seule réponse: la fermeté et le rétablissement de l'ordre républicain", a tweeté le Premier ministre.

Accident mortel dans une voiture volée

La RD1085, qui relie Grenoble à Bourgoin-Jallieu aété coupée dans les deux sens selon la préfecture, citée par Le Dauphiné Libéré, qui annonce que des déviations ont été mises en place. Sur place, des palettes, des poubelles mais aussi des voitures ont été incendiées pour bloquer la route.

Cette action fait suite à l'accident mortel qui s'est déroulé dans la nuit de vendredi à samedi. Trois personnes, gantées et cagoulées, avaient percuté un arbre à Saint-Joseph-de-Rivière à bord d'une voiture volée. Une quatrième avait survécu, et avait été placée en garde à vue.

Les manifestants réclament que cette quatrième personne, incarcérée depuis samedi et frère de l'une des victimes, et un autre détenu de la même famille, puissent assister aux obsèques prévues mercredi.

Paul Aveline et Alexandra Gonzalez