BFMTV

Les prénoms "Nutella" et "Prince-William" retoqués

Des parents, qui voulaient appeler leur enfant Nutella, Fraise ou Prince-William, ont été déboutés par la justice.

De l'originalité à tout prix pour ces parents. Comme chaque année, 2015 a eu son lot de prénoms retoqués par les autorités, pourtant plus souples depuis une loi de 1993. Depuis le nombre de prénoms acceptés est en augmentation d'un tiers. Pour rappel, l'article 57 du Code Civil indique que n'importe quel prénom peut être donné, dans la mesure où il ne porte pas préjudice ni au droit des tiers ni à l'enfant.

Et pourtant le juge aux affaires familiales est encore saisi pour autoriser ou non à des parents de donner un prénom à leur progéniture. Ainsi, au début de l'année, la justice a interdit à deux couples de Valenciennes dans le Nord de prénommer leur fille "Nutella" et "Fraise". La première s'appelle désormais Ella et la seconde Fraisine, qui était utilisé au XIXe siècle. Dans les deux cas, les autorités ont estimé que les noms étaient susceptibles d'entraîner des moqueries. L'exemple le plus célèbre restera certainement la famille Renaud qui souhaitait appeler sa fille Mégane. 

Mowgli ou Khaleesi

Pour certains parents, le choix d'un prénom est aussi l'occasion de prouver leurs passions. A Perpignan, deux couples ont souhaité nommer leur fille et leur fils Mini-Cooper (comme la marque de voiture) et Prince-William, en référence à l'aîné du prince Charles et de Lady Di. Les deux idées ont été retoquées par la justice.

Ces décisions sont parfois incompréhensibles pour les parents alors que 900 personnes portent le prénom Cerise ou encore Prune, Mirabelle ou Pomme. Tarzan, Mowgli ou Khaleesi, pour la partie fiction, sont eux aussi acceptés. Pour se faire une idée du panel de prénoms dont dispose la France, rien de mieux que le Tumblr de la "ligue des officiers d'Etat civil" qui s'amuse à repérer das la presse régionale les trouvailles des parents. 

J.C.