BFMTV

Le pape "envisage" un voyage en France selon les évêques français

Le pape François, le 13 décembre 2017.

Le pape François, le 13 décembre 2017. - - Andreas Solaro - AFP

Le pape François envisagerait une visite en France. C'est ce qu'on déclaré ce lundi les évêques français lors d'une conférence à Rome.

Le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, a déclaré ce lundi à Rome qu'une visite du pape François en France était "envisagée" mais qu'il fallait encore trouver une place dans son calendrier.

"Un dossier en cours"

"On peut dire que l'invitation a été reçue, qu'elle est envisagée, mais qu'il faut attendre qu'elle soit rentrée dans le calendrier du Saint-Père", a expliqué l'archevêque de Marseille à la presse, après avoir été reçu par le souverain pontife avec quelque 300 élus politiques du sud de la France.

Selon lui, le calendrier du pape s'élabore tous les "six mois". "C'est un dossier en cours", a-t-il assuré. "On voit bien que dans les voyages que fait le Saint-Père, il choisit des pays où il y a des situations complexes, peut-être que notre pays n'est pas bien placé dans ce registre là", a-t-il convenu.

Pas d'annonce officielle

Mais il a aussi estimé que le pape argentin pouvait être intéressé par un pays comme la France qui connaît "une situation de crise culturelle", comme un certain nombre de pays occidentaux.

Dans un entretien au journal La Croix en 2016, le pape avait laissé entendre que Marseille était une hypothèse pour un éventuel voyage en France, tout comme Paris ou Lourdes. Mais aucune récente annonce du Vatican ne laisse envisager un voyage imminent en France.

Discussion autour des migrants

Le pape François a reçu ce lundi en audience près de 300 élus du sud de la France, de tous partis politiques, venus à Rome pour un voyage d'étude de quatre jours, accompagnés de sept évêques. Il leur a rappelé que leur territoire, marqué par "la dimension méditerranéenne", attestait "de la richesse des diversités". Proche de la frontière italienne, il voit aussi arriver de nombreux migrants.

"Je pense aussi aux migrants et aux réfugiés qui ont fui leurs pays à cause de la guerre, de la misère, de la violence et à ce qui a déjà été fait pour leur venir en aide. Il s'agit de persévérer dans la recherche de moyens compatibles avec le bien de tous, pour les accueillir, les protéger, promouvoir leur développement humain intégral et les intégrer", a plaidé le pape.

Il a également conseillé aux élus de "construire des ponts entre les hommes diversement situés au plan social, économique, culturel et religieux".

M. F. avec AFP