BFMTV

La commune de Crépy-en-Valois, premier cluster français, est en confinement depuis cinq semaines

La commune de Crépy-en-Valois (Oise), première zone de contagion du coronavirus identifiée en France, a mis en place très tôt des mesures de confinement.

Crépy-en-Valois, dans l'Oise, est le premier cluster identifié en France dans la crise du coronavirus. Si la France est confinée depuis quinze jours maintenant, la ville a quant à elle mis en place très tôt des mesures de confinement.

"Il existe toujours une hantise sur Crépy-en-Valois. Je viens de doubler un monsieur en courant et il m'a rappelé de ne pas me rapprocher pour garder un mètre de distance. Il y a encore une peur dans cette ville...", commente sur BFM Paris Arnaud, un habitant de la commune.

"On s'habitue"

Etablissements scolaires, cinémas, centres sportifs... Tous ces lieux ont été fermés à Crépy bien avant le reste de la France. Les habitants, qui vivent reclus depuis cinq semaines, s'habituent progressivement à ces bouleversements. 

"Je fais les courses en une fois pour plusieurs jours. J'utilise notamment mon congélateur. Quand on voit les gens qui ne sont pas sérieux, qui essaient d'aller dans leur maison de campagne, qui veulent partir en week-end ou en vacances, ils n'ont rien compris !", explique, Jocelyne, une habitante de Crépy-en-Valois.

Les commerçants, aussi, se sont adaptés. Arnaud, un boucher, a décidé de fermer sa boucherie à 14H pour limiter le passage des gens dans la rue l'après-midi. "On s'habitue mais il faut tout changer. On met des protections, on utilise sans arrêt du gel hydroalcoolique...", raconte-t-il.

Aucun mort depuis trois jours

Si la crise sanitaire est loin d'être finie à Crépy-en-Valois, la commune n'a connu aucun mort en trois jours, une première en cinq semaines. La commune voisine de Compiègne connaît, elle aussi, un léger mieux, avec une stabilisation des nouveaux cas de coronavirus à une quinzaine.

Dans l'ensemble du département de l'Oise, en revanche, 61 nouveaux cas suspects ont été hospitalisés, ce qui en fait la plus forte progression observée depuis le début de l'épidémie. 

Clément Boutin