BFMTV

"Fake news" officiellement remplacé par "infox" en français

(Photo d'illustration du Petit Larousse)

(Photo d'illustration du Petit Larousse) - Fred Dufour-AFP

Ce jeudi dans le Journal officiel, la commission d'enrichissement de la langue française préconise l'usage d'"infox" en lieu et place de l'américain "fake news".

La commission d'enrichissement de la langue française, composée d'experts et de membres de l'Académie française, préconise ce jeudi dans le Journal officiel de traduire dans les documents issus des administrations l'expression "fake news" par "infox". Cette recommandation, repérée d'abord par Next Impact, illustre la fonction de la commission, qui est de trouver des parades françaises aux locutions et termes venus d'ailleurs, c'est-à-dire, dans leur grande majorité, des Etats-Unis. Or, depuis que Donald Trump les a forgées durant sa campagne, les "fake news" ont prospéré dans les discussions et médias hexagonaux.

Rabelais face à Trump 

Bien que la commission d'enrichissement de la langue française ait déjà pensé à cette substitution en octobre 2017, comme le précisait à l'époque Le Figaro, il a fallu plusieurs mois de réflexion aux spécialistes pour s'accorder. A l'origine, l'expression "information fallacieuse" était privilégiée, elle ne sera finalement qu'une option. "Infox", qui mêle "info" et "intox", a séduit par son caractère oral: la commission s'est ainsi réjouie "de soutenir la création d’un néologisme susceptible de plaire au grand public". 

Durant le brainstorming, mot qui ferait sans doute hurler les membres de la commission qui doivent lui préférer le plus élégant "remue-méninges", "infox" a dû se confronter à un bel élan de créativité avant de s'imposer. En effet, "craque", "infaux", "infausse", le plus classique "intox", ont été évoqués, ainsi que "fallace", un vocable hérité du XVIe siècle qui ravissait Rabelais. Dans son Pantagruel, on peut ainsi lire: "Ha ! mon amy, l'auspice de vos deux verres et du fust de javeline estoit bien par trop fallace !"

Robin Verner