BFMTV

En 30 ans, le nombre de poissons en Baie de Somme a chuté de 80%

La Baie de Somme - Image d'illustration

La Baie de Somme - Image d'illustration - Philippe Huguen - AFP

En l'espace de 30 ans, l'abondance des poissons a baissé de 80% soulignent les scientifiques.

Selon les récentes conclusions d'une étude menée par l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) publiées dans la revue Global change biology, le nombre de poissons présents en Baie de Somme connaît une importante baisse. En l'espace de seulement 30 ans, l'abondance des poissons a en effet baissé de 80% soulignent les scientifiques. 

"Cette diminution touche principalement les espèces à croissance rapide et précocement matures pour la reproduction, comme la limande, la plie, le sprat et le hareng" souligne l'Institut. 

Entre 1987 et 2012, l'abondance des poissons a été mesurée annuellement entre le Tréport et la baie d'Authie, grâce à des prélèvements effectués sur un bateau de pêche. Et les résultats sont sans appel: de 200.000 individus au km², la densité d'individus est ainsi passée à 40.000 au km².

Hausse des températures et ensablement

Et les explications de cette diminution sont nombreuses. Largement pointée du doigt par ces travaux, l'augmentation de la température de l'eau dans cette région aurait ainsi eu un impact fort sur la faune et la flore de la Baie de Somme. 

"La température de l’eau en Manche Est - Mer du Nord a connu une augmentation rapide sur la période étudiée, entre 0,3 et 0,4°C par décennie, avec une accélération entre 1998 et 2003 (plus de 1°C entre ces 5 années), soit une hausse quatre fois supérieure au réchauffement moyen de l’ensemble des océans" confirme l'Ifremer. 

Contacté par le quotidien Le Courrier Picard, Thierry Ruellet, directeur du Gemel (Groupe d'études des milieux estuariens et littoraux) souhaite rajouter quelques inconnues à l'équation.

"En trente ans, la baie de Somme s’est ensablée, donc la profondeur d’eau a diminué, ce qui a des impacts sur les espèces de poissons. Elles ne sont plus les mêmes qu’en 1987", explique-t-il. 

En revanche, l'Ifremer avance que la température de l'eau de la Baie de somme devrait encore augmenter de 2,5 à 3º d’ici 2100. Reste maintenant à savoir si les espèces de poissons sauront s'adapter à ces nouvelles modifications. 

Hugo Septier