BFMTV

Affaire Mila: pour son avocat, "on peut être anti-Mila, mais on peut discuter"

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a affirmé mardi que l'adolescente Mila et sa famille étaient protégées par les forces de l'ordre, la jeune fille faisant l'objet de menaces de mort pour avoir critiqué l'islam. Richard Malka, l’avocat de Mila, assure sur BFMTV qu'on "peut être anti-Mila, mais on peut discuter".

Sur le même sujet