BFMTV

Coronavirus: le casse-tête des habitants de la frontière franco-belge

-

- - -

Mêmes déconfinées, la France et la Belgique n'ont pas rouvert leur frontière. Un bouleversement pour les habitants habitués à passer d'un pays à l'autre quotidiennement.

Il va falloir encore attendre pour se rendre sans autorisation en Belgique. Avec la fermeture des frontières décidée pour limiter la propagation du coronavirus, seuls les déplacements professionnels ou pour motifs impérieux sont autorisés entre les deux pays. 

Pourtant, cette situation tourne parfois à l'absurde. Dans certaines communes à cheval sur la frontière franco-belge, respecter l'interdiction relève du casse-tête.

Des familles séparées

C'est le cas par exemple à Bizet, dans le nord. "Tout de ce coté c'est belge, et tout de ce coté c'est français", montre une habitante de la ruelle de la Clef d'Hollande coupée en deux par la frontière. "Je pense pas qu'ils vont nous arrêter si on est de l'autre côté. C'est plus si on passe la frontière en voiture"

"Je vais travailler, j'ai été arrêté plusieurs fois tout s'est bien passé", assure d'ailleurs une voisine.

Au-delà de ces cas particuliers, de nombreuses familles, séparées de quelques kilomètres des deux côtés de la frontière subissent aussi les conséquences de la fermeture.

Une réouverture le 8 juin ?

En Belgique, Julien passe tous les jours la frontière pour travailler en France. Sa famille y vit mais il n'ose pas aller leur rendre visite à cause du manque de clarté des autorités. 

"Je suis tout près géographiquement mais je n'ai pas le droit d'aller les voir, alors qu'eux-mêmes peuvent voir leurs amis, aller au magasin. Je suis leur fils et je ne peux pas les voir juste parce que la frontière est fermée", se plaint le frontalier. 

Il faudra pourtant encore se montrer patient. L'ouverture de la frontière franco-belge n'est pas prévue avant le 8 juin, date à laquelle des discussions doivent avoir lieu entre la France et la Belgique.

Benjamin Rieth