BFMTV

Charente-Maritime: il invente un plastique qui pourrait bouleverser l'industrie agroalimentaire

-

- - Shaine Mata / Flickr

Dans une première version du produit, cet ingénieur a utilisé une déchet de la canne à sucre pour produire un plastique 100% végétal.

Fervent défenseur de l’environnement, Nicolas moufflet, un ingénieur de 41 ans, compte bien "créer de nouveaux codes pour le consommateur". Las de la prolifération de bouteilles et contenants en plastique qui polluent sur le long terme, cet entrepreneur installé à Saintes en Charente-Maritime a mis au point un plastique entièrement végétal et donc biodégradable, composable et recyclable. Si la technologie en est à ses balbutiements, elle pourrait bien être une solution à long terme pour l’industrie agro-alimentaire.

Comme il l’explique dans la version en ligne du Parisien, ses produits sont réalisés à base de bagasse, un déchet de la canne à sucre, transformé en plastique végétal grâce à un procédé secret et breveté. "J'ai développé spécifiquement des granulés de bagasse optimisés pour recevoir des aliments" explique le créateur. Au final, ses bouteilles sont "sans une seule goutte de pétrole", substance utilisée pour la fabrication du plastique chimique.

D'autres innovations à court terme 

Dans un futur proche, Nicolas Moufflet compte bien diversifier sa gamme puisque selon lui, d’autres produits naturels peuvent être utilisés dans ce procédé. "Nous allons attaquer une bonne dizaine de nouveaux coproduits!" détaille-t-il: noyaux d’olives broyés, roseaux, pépins de raisin, coquilles de crustacés transformables à l’infini.

Une telle innovation ne laisse pas insensible les grands groupes de luxe et d’agroalimentaire qui suivent les évolutions de Lyspackaging, le nom de sa société, de près. Première grosse commande: le Palais de Tokyo lui a récemment réclamé 100.000 bouteilles.

A l’heure actuelle, ces bouteilles végétales coûtent "30% plus chères à l’achat" que celles produites en plastique issu du pétrole selon le média local. Mais pour l’homme derrière tout cela, le principal est autre part: "Nous avons démontré que cela est possible."

Hugo Septier