BFMTV

"Acte 19", "ultimatum 2", ce que prévoient les gilets jaunes

Les gilets jaunes à Montpellier samedi 16 mars.

Les gilets jaunes à Montpellier samedi 16 mars. - Pascal Guyot - AFP

Malgré les mesures prises par le gouvernement afin de lutter contre les violences, de nouveaux appels à manifester pour les semaines à venir se multiplient déjà.

Quatre jours après le 18e week-end de mobilisation des gilets jaunes, Paris et les Champs-Elysées pansent encore leurs plaies à la suite des graves violences perpétrées samedi passé. Pourtant, malgré la réponse forte de l'exécutif, le mouvement risque bien de nouveau de se poursuivre dans le temps puisque déjà, sur les réseaux sociaux, les appels à la mobilisation se multiplient. 

Le week-end prochain, le 23 mars, un 19e samedi de mobilisation est d'ores et déjà prévu. Malgré l'interdiction de manifester sur les Champs-Elysées, nombreux sont les groupes Facebook à se rendre sur l'avenue parisienne. Sur une page nommée "Gilet Jaune acte 19: La guerre est déclarée", où les organisateurs estiment que "l'acte 18 fut l'élément déclencheur de la fin du pacifisme", ces derniers invitent les manifestants à se rendre directement au Palais de l'Elysée.

Cependant, les manifestations parisiennes ne devraient plus forcément être les méthodes d'action favorisées par les gilets jaunes. En début de semaine Eric Drouet, l'une des figures du mouvement, a expliqué un changement se stratégie. 

"Moi, comme beaucoup, on va arrêter les manifestations, ça va être plus des blocages. "On va venir le samedi, ça va être des blocages plus intelligents sur l’économie. Je pense que le prochain truc à faire, c’est le blocage des ports et raffineries. Et que tous les gilets jaunes se mettent que là-dessus. En trois-quatre jours, c’est plié"", a-t-il expliqué. D'autres manifestants ont prévenu de leur volonté de retourner sur les ronds-points, comme au début des manifestations en novembre dernier. 

Un 2e ultimatum dans les semaines à venir? 

A long terme, les gilets jaunes souhaitent bien poursuivre leurs actions. Si le week-end dernier était synonyme de premier ultimatum lancé au gouvernement à la fin du grand débat national, un nouvel appel est lancé pour les semaines à venir. 

Le 30 mars, un premier rassemblement sous la dénomination d'ultimatum devrait être organisé à Toulouse. si le mot d'ordre n'est pas établi, Eric Drouet a affirmé au Midi-Libre qu'il devrait bien être de la partie. Il est à souligner que le terme 'ultimatum" n'est pas clairement défini par les organisateurs, les revendications de ces rassemblements restant pour le moment obscures. 

Sur une page Facebook nommée "Acte 23, Ultimatum 2 - Appel National Et International Tous A Paris", près de 2500 personnes sont déjà intéressées pour se rendre à Paris ce jour précis. L'événement, public, ne dit pas les modes d'actions qui devraient être employés alors, mais l'organisation de cette imposante action a été confirmée par Maxime Nicolle, autre leader du mouvement, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Comme le signale de son côté le quotidien régional, d'autres actions devraient être organisées dans les semaines à venir à Toulouse, Montpellier et Avignon. 

Hugo Septier