BFMTV

Une "super Lune de sang" le 28 septembre, mais sans doute pas d'apocalypse

Eclipse de Lune le 4 avril 2014 visible dans le centre ville de Los Angeles.

Eclipse de Lune le 4 avril 2014 visible dans le centre ville de Los Angeles. - DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le phénomène astronomique sera visible dans la nuit de dimanche à lundi en France et ne nécessite pas de protection particulière pour être observé, contrairement à une éclipse solaire. Quant aux rumeurs de fin du monde, elles ont été formellement démenties par la Nasa.

La nuit du dimanche 27 au lundi 28 septembre promet un spectacle cosmique aussi rare que grandiose. Ce sera la cinquième fois depuis 1900 qu'une "super Lune" se combine avec une éclipse totale de Lune. La dernière fois qu'une telle concomitance a pu être observée remonte à 1982, rappelle la Nasa. Et la prochaine fois nous mènera à 2033.

Considérons ces deux phénomènes dans l'ordre. La "super Lune" s'explique par une illusion optique: notre satellite naturel semble plus grand de 14% par rapport à sa taille habituelle et aussi 30% plus brillant. A ce moment, l'astre se trouve à son périgée, autrement dit à son point d'orbite le plus proche de la Terre, soit environ 50.000 kilomètres plus près de nous à son apogée.

La "Lune de sang", qui n'est autre qu'une l'éclipse totale de Lune, signifie que le satellite se trouve dans l'ombre de la Terre, ce qui lui donne une teinte orangée.

>> Ci-dessous l'infographie vidéo très instructive de la Nasa

Réservé aux lève-tôt

L'éclipse totale aura lieu à 4h11 et s'achèvera à 5h23. Mais dès 2h12 heures du matin, le phénomène sera visible dans une phase dite pénombrale, avant qu'une éclipse partielle ne soit visible à partir de 3h07. Contrairement aux éclipses solaires, l'observation ne nécessite pas de lunettes de protection spéciales. La seule interrogation concerne la météo. D'après Météo France nul voile nuageux ne devrait venir gâcher le spectacle.

La Lune de sang annonciatrice de l'apocalypse?

Tant que la période n'est pas passée, la thèse de la fin du monde annoncée par une succession de "Lunes de sang" est évidemment infalsifiable. Certains prédicateurs, comme le pasteur américain John Hagee, jouent leur va-tout en soutenant cette thèse. Il est convaincu que la "fin des temps" est proche, sans donner de date précise. Pour appuyer son eschatologie, il cite un passage de la Bible: "Le soleil se changera en ténèbres, Et la lune en sang, Avant l'arrivée du jour de l'Eternel, De ce jour grand et terrible."

Hors du cas des Lunes de sang, les rumeurs ont tellement prospéré ces derniers temps sur la toile que la Nasa a dû démentir, le 21 août dernier, pour expliquer qu'aucun astéroïde ne viendrait non plus heurter la Terre en septembre comme le soutenait un autre prédicateur, le révérend Efrain Rodriguez. "Il n'y a aucune base scientifique, pas l'ombre d'une preuve, qu'un astéroïde ou tout autre objet céleste risque d'entrer en collision avec la Terre à ces dates", avait déclaré Paul Chodas, sur le blog du prestigieux programme de l'agence chargé de détecter comètes et astéroïdes.

David Namias