BFMTV

Une sonde de la Nasa va tenter de récolter des échantillons de la surface d'un astéroïde

La sonde Osiris-Rex à proximité de l'astéroïde Bennu

La sonde Osiris-Rex à proximité de l'astéroïde Bennu - Handout / NASA/Goddard/Arizona State University / AFP

Après plusieurs mois passés à cartographier Bennu, Osiris-Rex va tenter une approche afin de rapporter sur Terre de précieux prélèvements de poussière.

Le rendez-vous s’annonce unique et spectaculaire. Dans la nuit de mardi à mercredi, la sonde américaine Osiris-Rex va s’approcher au plus près d'un astéroïde nommé Bennu et tenter de prélever des échantillons de poussière et de roche de sa surface. L’événement sera à suivre en direct sur le site de la Nasa à partir de 1h00, heure française.

Une mission débutée en 2016

C'est le point d’orgue de cette mission débutée en 2016, une première aux États-Unis, qui s’est déroulée en plusieurs phases.

La sonde est arrivée en 2018 autour de l’objet céleste avec pour mission de le cartographier. Comme le rappelle RTL, au contraire du sol sableux espéré, les scientifiques ont en réalité découvert un sol rocheux, parsemé de blocs qui rendaient difficile l’approche de la sonde. Finalement, c’est une zone de seulement huit petits mètres qui a été choisie afin d’effectuer le prélèvement de très précisément 59,5 grammes.

Un cliché de Bennu pros par Osiris-Rex en novembre 2018
Un cliché de Bennu pros par Osiris-Rex en novembre 2018 © HO / NASA/Goddard/University of Arizona / AFP

59,5 gramme de prélevés en seulement 10 secondes

Ainsi, durant la nuit du 20 au 21 octobre, via un bras de trois mètres de long, Osiris-Rex va libérer de l’azote gazeux de manière autonome afin de mettre en mouvement les particules qui seront par la suite récupérées par le mécanisme, le tout en seulement dix petites secondes. Seules trois tentatives seront possibles en raison des réserves d'azote mais, comme le souligne CNN, deux répétitions se sont déjà déroulées avec succès.

Par la suite, la sonde devra attendre plusieurs semaines que les axes de Bennu et de la Terre soient alignés afin d’amorcer son retour, prévu pour 2023 dans le désert de l’Utah.

Comprendre la formation des planètes

À bien des égards, l’analyse de ces échantillons offrira un éclairage probant sur la vie dans l’espace. Comme le précise encore le média américain, les scientifiques de l’université de l’Arizona espèrent trouver des informations quant à la trajectoire de ces astéroïdes, qui pour certains menacent de heurter la Terre au cours du prochain siècle (Bennu a une chance sur 2700 de toucher notre planète dans un futur plus ou moins proche), mais aussi de comprendre la formation même des planètes et d'une possible vie sur ces dernières.

Pour autant, à l’échelle mondiale, les Américains ne sont pas les premiers à tenter une telle prouesse. En février 2019, le Japon avait réussi à atteindre la surface de l’astéroïde Ryugu via la sonde Hayabusa-2. Ses prélèvements sont attendus sur Terre dans les mois à venir.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV