BFMTV

Un volcan géant a complètement changé l'apparence de Mars

Au sommet du dôme de Tharsis: le Mont Olympe

Au sommet du dôme de Tharsis: le Mont Olympe - Nasa - AFP

La masse d'un immense édifice volcanique a provoqué le glissement du manteau martien autour de son noyau, il y a plus de 3 milliards d'années.

C'est le plus vaste édifice volcanique du système solaire. D'une masse hors du commun, le dôme volcanique de Tharsis a provoqué un "basculement" de la surface de Mars, il y a 3 à 3.5 milliards d'années, selon les travaux de chercheurs français et américains publiés dans la revue Nature.

En clair, la surface de Mars a glissé autour de son noyau de 20 à 25 degrés, déplaçant rivières, calottes glacières et volcans, un basculement qui expliquerait certains des grands mystères de la planète rouge.

"Si un tel basculement se produisait sur la Terre, Paris se retrouverait sur le cercle polaire", explique à l'AFP Sylvain Bouley, géomorphologue à l'Université Paris-Sud et coauteur de l'étude. "On verrait des aurores boréales en France et on ferait du vin au Maghreb ou au Soudan", a-t-il ajouté.

Un volcan presque aussi grand que la France

Que s'est-il passé? La formation du dôme volcanique de Tharsis a débuté il y a plus de 3,7 milliards d’années, et a duré plusieurs centaines de millions d’années. Au final, ce dôme a formé un plateau de plus de 5.000 km de diamètre, environ 12 km d’épaisseur en moyenne et 1 milliard de milliards de tonnes, explique le CNRS dans un communiqué. Le dôme a presque atteint la taille de la France, alors que Mars est huit fois moins volumineuse que la Terre.

C'est cette masse qui a fait pivoter la croûte et le manteau de Mars - un peu comme si l'on faisait tourner la chair d'un abricot autour de son noyau -, provoquant le déplacement du dôme jusqu'à l'équateur de la planète rouge. Bien entendu, ce phénomène a été très lent et a duré des dizaines de millions d'années.

"Tout s'imbrique"

L'hypothèse qui avait été émise dès 2010 par un chercheur dénommé Isamu Matsuyama, est désormais confirmée. Sylvain Bouley a cherché à comprendre la localisation des rivières disparues de Mars à partir de la position des vallées. Et ses hypothèses correspondaient à la modélisation réalisée par Itsamu Matsuyama.

"On n'arrivait pas à comprendre pourquoi les rivières sont là où elles sont actuellement", explique Sylvain Bouley. "Elles donnent l'impression d'être placées de façon un peu aléatoire, mais si on bascule la surface, toutes les rivières se retrouvent sur une même bande tropicale", précise-t-il.

Les scientifiques s'interrogeaient également sur l'endroit où se trouvent certains réservoirs souterrains de glace, qualifiés jusqu'ici d'anomalie car ces emplacements sont inexplicables. Mais voilà, avant le basculement, les pôles étaient ailleurs. En opérant le glissement, on ramène deux des calottes glacières sur les pôles. "Tout s'imbrique parfaitement", note le géomorphologue.

Selon l'étude, les rivières et le dôme ont été formés en même temps, ce qui bouscule la chronologie admise jusqu'à présent. Et ce phénomène spectaculaire ne concernerait pas seulement la planète rouge. "On pense que la terre a subi des basculements comme Mars causés par la tectonique des plaques, mais on n'a jamais pu le démontrer", indique le chercheur.

A. D. avec AFP