BFMTV

3 mois de pluie en 3 jours: dans les Pyrénées-Orientales, les pompiers en alerte face au risque d'inondations

Les autorités craignent une montée des eaux à proximité des habitations. Météo-France alerte également sur les "très forts" risques d'avalanche dans le secteur.

Trois mois de pluie en trois jours. La tempête Gloria, qui a d'abord frappé l'Espagne, touche depuis mardi les Pyrénées-Orientales. Le département a par conséquent été placé en vigilance orange pour la pluie et les inondations, tout comme l'Aude voisine. Les prévisionnistes alertent aussi sur les "très forts" risques d'avalanche dans le secteur.

Des blocs de béton sur la plage

Depuis lundi soir, 80 à 120 mm de précipitations sont tombées sur le département, avec localement 130 mm à 180 mm sur une ligne allant du sud de Perpignan à la Cote Vermeille: 170 mm ont ainsi été relevés à Prades, 180 mm à Amélie-les-Bains ou encore 185 mm à Argelès. Ces pluies correspondent à l'équivalent de trois mois de précipitations.

"S'il pleut c'est une chose. Mais si la mer tape, ça pourrait empêcher l'eau de circuler", s'inquiète auprès de BFMTV Jean-Claude Portella, maire (DVG) de la commune de Cerbère.

À Banyuls-sur-mer, le maire a activité le plan de sauvegarde communal pour protéger les habitations.

"Sur la plage il y a des blocs de béton, pour empêcher l'eau de sortir de la plage et de venir sur le domaine public, ce qui a bien fonctionné. Quelques vagues ont traversé mais très peu", se félicite pour sa part l'édile de la ville, Jean-Michel Solé, ajoutant qu'il a pris des arrêtés pour sécuriser la plage, le port et les digues.

Le maire d'Argelès-sur-Mer, Antoine Carra, appelle les habitants à rester chez eux "sauf impérieuse nécessité" et à "ne surtout pas aller voir la mer qui est certes spectaculaire, mais dangereuse".

350 pompiers mobilisés

Dans le département, 250 pompiers, notamment renforcés par une équipe de la région Occitanie, ont été mobilisés toute la nuit en mission de reconnaissance. L'objectif: s'assurer que la mer Méditerranée n'a pas brisé une digue sur la côte, mais aussi qu'une rivière n'est pas sortie de son lit. 

"On va surveiller le niveau de la rivière en permanence", confirme sur BFMTV Michel Diaz, chef du centre des pompiers de Banyuls-sur-mer.

La situation est également suivie de près au centre de commandement de Perpignan, qui surveille la montée des eaux:

"On peut avoir des problématiques de mouvement de terrain, des routes potentiellement coupées", nous explique Jean-Pierre Salles-Mazou, le contrôleur général des sapeurs-pompiers des Pyrénées-Orientales.

100 pompiers supplémentaires ont été appelés pour ce mercredi, où, 40 à 60 mm de pluie sont attendus sur une petite partie ouest du département, 100 à 150 mm sur une grande moitié est, et localement 150 à 200 mm sur la partie centrale.

Sur l'ensemble de l'épisode, soit jusqu'à jeudi à la mi-journée, et sur une large moitié est du département, les quantités de précipitations devraient atteindre 200 - 350 mm, ponctuellement un peu plus.

Risque d'avalanches

Fait nouveau, l'opérateur météo alerte sur les "très forts" risques d'avalanches, essentiellement dans le massif du Canigou, la "montagne sacrée" des Catalans. L'"activité avalancheuse" attendue au cours des prochaines 24 heures est observée en moyenne tous les dix ans.

Les quantités de neige fraîche prévues dans le secteur du Canigou sont de l'ordre de 60 cm en 24 heures. Elles viendront s'ajouter aux 40 cm des dernières 24 heures. En conséquence, prévient Météo-France, le risque d'avalanche est fort en ce début de journée de mercredi. Dans le secteur du Canigou, "des avalanches de tailles moyennes voire grandes pourront atteindre des routes et des infrastructures de montagne", selon l'organisme.

E.P avec AFP