BFMTV

Réserves de masques et réouvertures de lits: comment les hôpitaux se préparent à une deuxième vague

La première vague du coronavirus en France a été difficilement endiguée par les hôpitaux, qui manquaient de ressources. Face à la possibilité d'un retour de l'épidémie, ils se sont préparés.

Depuis plusieurs jours, des hôpitaux signalent une augmentation, légère mais réelle, du nombre de personnes hospitalisées pour Covid-19, faisant craindre la reprise de l'épidémie en France. Lors de la première vague, les hôpitaux avaient été surchargés par le nombre de malades, et le manque de matériel pointé du doigt. Afin d'éviter que le scénario ne se répète, ils se préparent depuis plusieurs semaines au retour de l'épidémie.

"Trois bons mois" de stock

"Au départ on avait deux semaines de stock, et maintenant je pense qu'on a trois bons mois", explique sur BFMTV Magali Bomou, responsable achats à la Clinique de l'Estrée à Stains (Seine-Saint-Denis).

Dans les couloirs de l'hôpital, des dizaines de cartons s'entassent, des salles de réunion sont même inaccessibles, remplies de boîtes de masques de protection, de gel hydroalcoolique, de charlottes et de blouses pour les opérations. Ces stocks de prévention ont été constitués au fil des semaines passées.

Photo d'un bureau rempli de cartons de la clinique de l'Estrée plein de matériel médical pour lutter contre le coronavirus
Photo d'un bureau rempli de cartons de la clinique de l'Estrée plein de matériel médical pour lutter contre le coronavirus © BFMTV
"Au total on est à plus de 220.000, [masques] FFP2 et chirurgicaux confondus", témoigne sur FranceInfo, devant des centaines de cartons empilés, Béatrice Mongardon, pharmacienne hygiéniste à l'hôpital Sélestat Obernai (Bas-Rhin). "On a quatre à six semaines de stock devant nous, ce qui est quand même confortable".

Des lits prévus en réanimation

Au-delà de ces denrées qui ont manqué au plus fort de la crise, les hôpitaux se préparent également à rouvrir des lits supplémentaires et à accroître rapidement leurs services de réanimation, en cas de besoin.

"On a fermé la réanimation vers le 15 juin. Aujourd'hui on a redemandé à l'Agence Régionale de Santé de pouvoir réouvrir la réanimation au cas où on aurait besoin pour les patients Covid", explique à BFMTV Sébastien Carré, directeur des soins à la clinique de l'Estrée.

"Pour mon service il est prévu, s'il y avait une deuxième vague cet été, d'avoir 18 lits de réanimation, plus huit lits supplémentaires que l'on ouvrira", assurait mi-juin sur TF1 Bertrand Guidet, chef du service de rénanimation à l'hôpital Saint-antoine (Paris). En pleine crise sanitaire, le nombre de lits en réanimation était passé de 5000 à 10.000.

"Il ne faut pas lâcher" les efforts

En attendant, les hôpitaux surveillent le nombre de nouveaux malades entrants. "Sur une moyenne de 120 passages par jour, par exemple pour nos urgences, on a à peu près entre 15 et 20 patients qui viennent pour le Covid, alors qu'on était à 0 ou à 2 il y a encore trois semaines", explique à BFMTV Nada Delot-El Fakhri, médecin urgentiste à la clinique de l'Estrée.

La France "n'est pas dans une deuxième vague du coronavirus", mais "il ne faut pas lâcher" les efforts si on veut l'éviter, a assuré ce mercredi le ministre de la Santé Olivier Véran sur LCI.
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV