BFMTV

Mystérieux coronavirus chinois: les chauves-souris ont-elles joué un rôle dans sa propagation?

Des précautions ont été mises en place notamment ici dans la province de Hubei.

Des précautions ont été mises en place notamment ici dans la province de Hubei. - STR / AFP

Selon une étude, ce virus pourrait provenir des chauves-souris, mais il existerait un porteur intermédiaire entre ces mammifères et les humains.

Alors que le nouveau coronavirus, apparu au cours du mois dernier à Wuhan, au centre de la Chine, a fait neuf morts, les chercheurs sont à pied d'œuvre pour découvrir son origine. Des centaines de personnes, majoritairement en Chine, ont déjà été contaminées.

De la famille du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui s'était propagé en épidémie en Chine en 2002-2003, ce virus se transmet par les voies respiratoires. Pour l'heure, son origine exacte n'est pas connue. On ignore également sa période d'incubation. Il est simplement acquis qu'il s'agit d'un nouveau type de coronavirus. 

Un intermédiaire entre chauves-souris et humains?

Selon une étude publiée par le journal Science China Life Sciences, réalisée par des chercheurs notamment issus de l'Académie chinoise des sciences et relayée par China Daily, le virus pourrait provenir de chauves-souris. Toutefois, selon ces travaux, il y aurait certainement un intermédiaire - encore non-identifié - entre le mammifère et les humains.

En décembre, c'est dans un marché de fruits de mer et poisson de Wuhan que le virus a pour la première fois été repéré. Un lieu où avaient également cours des ventes illégales d'animaux sauvages, a indiqué le directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, à l'AFP, sans toutefois pouvoir affirmer si cet animal pouvait être à l'origine de la propagation du virus.

Pour l'heure, l'hypothèse de la chauve-souris n'est pas confirmée, mais c'est une piste étudiée, confirme Christophe Batejat, responsable adjoint de la Cellule d'intervention biologique d'urgence de l'Institut Pasteur, à LCI.

"On en trouve beaucoup sur les marchés chinois", a précisé le spécialiste.
Clarisse Martin