BFMTV

Les boissons énergisantes d'autant plus dangereuses qu'elles masquent les effets de l'alcool

La consommation conjointe de boissons dites énergisantes et d’alcool favorise des situations à risque.

La consommation conjointe de boissons dites énergisantes et d’alcool favorise des situations à risque. - iStock - Instants

La nocivité du mélange alcool-boissons énergisantes est déjà connue en raison de risques cardiovasculaires, mais des chercheurs attirent également l'attention sur une perception amoindrie des effets de l’alcool, qui augmente le risque de blessures chez les consommateurs.

Le terme "boissons énergisantes" regroupe des boissons qui se présentent comme possédant des propriétés stimulantes tant au niveau physique qu’intellectuel. Elles contiennent généralement des ingrédients tels que caféine, taurine, glucuronolactone, vitamines, ou des extraits de plantes (guarana, ginseng). Depuis plusieurs années, l'Anses* alerte sur la dangerosité de certains modes de consommation courants de ces boissons, à savoir pendant une activité sportive ou mélangées avec de l’alcool, qui seraient associés à des risques cardiovasculaires.

Les symptômes peuvent aller de sensations d’oppression à des troubles du rythme, qui peuvent provoquer un arrêt cardiaque. Si certains consommateurs doivent faire preuve de vigilance face à ce risque précis (adolescents, personnes sensibles à la caféine ou présentant certains troubles cardiovasculaires), des chercheurs de l’université de Victoria mettent en garde dans une étude contre un risque plus grand et trop sous-estimé. La combinaison alcool - boissons énergisantes favorise en effet des situations à risque dues à une surestimation de ses aptitudes par le consommateur.

Un état qui peut lui-même amener la personne à poursuivre sa consommation d’alcool et à augmenter la prise de risques. Les scientifiques ont passé en revue tous les articles de revues spécialisées sur le sujet, publiés entre 1981 et 2016, et en ont trouvé 13 qui correspondent à leurs critères. Sur ces 13 études, dix ont montré un risque de blessures plus important en cas de consommation d'alcool mélangé avec une boisson énergisante, en comparaison avec une consommation d'alcool seule.

Plus risqué que la consommation d'alcool seule?

"Les effets stimulants de la caféine masquent le résultat que la plupart des gens obtiennent quand ils boivent", explique l'auteur principal de l'étude, Audra Roemer. "Lorsque vous buvez de l'alcool, vous vous fatiguez et rentrez à la maison. Les boissons énergisantes masquent cela, afin que les gens sous-estiment leur état d'ébriété, finissent par rester plus tard, consomment plus d'alcool et adoptent des comportements plus risqués."

Une pratique d'autant plus dangereuse qu'elle est de plus en plus répandue, notamment en Amérique du Nord, où les consommateurs peuvent trouver des boissons pré-mélangées quand ils ne combinent pas les deux, un type de boisson à chaque main. Trois des études examinées se sont particulièrement intéressées à l'idée de savoir si cette tendance plus importante à une prise de risque ou à la recherche de sensations jouait bien un rôle dans les blessures générées.

"Nous savons que ce sont des facteurs de risque pour les blessures liées à l'alcool et certaines recherches ont suggéré que les personnes préfèrent l'état éveillé-ivre obtenu en mélangeant alcool et boissons énergisantes.", ajoute la chercheuse. Ce sont donc ces personnes qui seraient une population encore plus à risque de blessures. La plus grande surprise pour les chercheurs a été de constater le manque de recherche dans ce domaine précis. Difficile donc de déterminer statistiquement l'étendue de l'impact de cette combinaison de boissons.

Plusieurs signalements en France

Les scientifiques souhaitent mener d'autres recherches pour examiner cette relation plus étroitement, mais prédisent qu'il pourrait s'agir d'un véritable problème de santé publique, en raison de ce risque accru de blessures. "Notre espoir est de conduire et de faciliter la recherche future afin d'identifier les limites et d'examiner de plus près le sujet pour voir ce qui se passe réellement", conclut Audra Roemer. En France, plus de 200 cas d’effets indésirables ont été signalés en lien avec la consommation de boissons énergisantes.

"L'imputabilité de la consommation de boissons dites énergisantes dans la survenue de ces événements a été jugée très vraisemblable ou vraisemblable pour 12% d’entre eux", souligne l'Anses, qui précise que la caféine de ces boissons a été considérée comme le facteur explicatif majeur. En conséquence, l'agence recommande d'éviter la consommation de boissons dites énergisantes en association avec l'alcool ou lors d'un exercice physique et, d’une façon générale pour l’ensemble des consommateurs, de modérer la consommation de boissons caféinées.

*Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail 
Alexandra Bresson