BFMTV

L'Etablissement français du sang lance un appel urgent au don

Le don de sang permet de soigner plus d’un million de malades chaque année en France.

Le don de sang permet de soigner plus d’un million de malades chaque année en France. - iStock - Airubon

En ce début d'année, l'Etablissement français du sang lance une campagne d’urgence car les besoins en produits sanguins sont particulièrement importants. L'objectif de 100.000 poches de sang en réserve à fin décembre n’a pas été atteint, notamment en raison de la grippe.

C'est une bonne résolution qui serait très utile pour l'Etablissement français du sang (EFS): faire plus souvent don de son sang. Ce dernier a pour mission d’assurer l’autosuffisance nationale en produits sanguins et une gestion rigoureuse des stocks.

En ce début janvier, les réserves en produits sanguins sont au plus bas, comme il le fait savoir dans une campagne pour un nouvel appel au don. Comme en janvier 2015, il faut en effet augmenter ces réserves pour couvrir efficacement les besoins des semaines à venir: le don de sang permet de soigner plus d’un million de malades chaque année en France. 

"La fin d’année a connu une forte baisse de fréquentation des sites de prélèvements, explique l'EFS. Les réserves s’amenuisent. Les besoins eux, restent constants. L’objectif de 100 000 poches de sang en réserve à fin décembre n’a pas été atteint, l’Etablissement français du sang n’en comptait que 88 000 à cette date. Par ailleurs, l’épidémie de grippe présente aussi un impact important sur notre niveau de collecte en ce début d’année".

Une nécessité permanente

Les personnes qui souffrent d'une infection ou d'une fièvre de plus de 38° doivent en effet respecter un délai de deux semaines après la fin des symptômes avant de se présenter. Or, comme le précisent le ministère de la Santé, l'épidémie grippale, très virulente cette année, est en cours dans les 13 régions de France métropolitaine.

Si la quasi-totalité des régions présente un taux d'incidence supérieure au seuil épidémique national, celles qui sont le plus touchées sont l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté et la Provence-Alpes-Côte d’Azur. Or, l'Auvergne-Rhône-Alpes est la région où les réserves en produits sanguins sont les plus faibles. L'EFS met à disposition sur son site internet une "cartographie des collectes" qui recense l’ensemble des lieux pour donner son sang.

Aucun produit ne peut se substituer au sang des donneurs bénévoles. De plus, la durée de conservation des produits sanguins est limitée dans le temps (5 jours pour des plaquettes et 42 jours pour des globules rouges). "La mobilisation des donneurs est essentielle chaque jour. La nécessité de donner son sang est quotidienne et permanente", ajoute l'EFS.

Qui peut donner?

Les produits sanguins (globules rouges, plaquettes, plasma) sont utilisés dans deux grands cas de figure: les situations d’urgence (hémorragies lors d’un accouchement, accident, opération chirurgicale…) et les besoins chroniques (maladies du sang et cancers). Le don, quel qu’il soit, se déroule toujours en quatre étapes : l'inscription, l'entretien prédon, le prélèvement et le temps de repos.

Sont autorisées à le réaliser les personnes de 18 à 70 ans, reconnues aptes au don par le personnel EFS, avec un poids au moins égal à 50 kg, et avec un taux d'hémoglobine suffisant. Enfin, les hommes ayant ou ayant eu des relations sexuelles entre hommes peuvent donner leur sang, sous certaines conditions.

"Les donneurs de groupe O sont particulièrement recherchés car leur groupe sanguin permet de transfuser leurs globules rouges à un très grand nombre de patients", souligne l'EFS.

D'autres périodes critiques

Quel que soit le lieu où il est collecté, le sang suit une procédure identique qui le conduit en toute sécurité du donneur au receveur. Il faut attendre 8 semaines minimum entre deux dons de sang et il est possible de donner ses plaquettes jusqu’à 12 fois par an, à 4 semaines d’intervalle minimum, et son plasma jusqu’à 24 fois, à 2 semaines d’intervalle minimum.

Si les mois de décembre et janvier, avec les vacances et les épidémies de grippe, constituent un moment particulièrement sensible pour les réserves de l’EFS, c'est aussi le cas de juillet et août, en raison d’une offre de collecte moins importante.

Alexandra Bresson