BFMTV

Coronavirus: pas de preuve d'une vulnérabilité des femmes enceintes, ni de transmission au fœtus

Photo d'illustration

Photo d'illustration - JEAN AYISSI / AFP

Les travaux de médecins britanniques ont montré lundi que les femmes enceintes ne manifestaient pas une plus grande fragilité devant le coronavirus que le reste de la population. Et il apparaît que le virus ne se transmet pas à l'enfant durant la grossesse.

Pas de plus grande vulnérabilité apparente des femmes enceintes au coronavirus, ni de risque de transmission à l'enfant durant la grossesse. Ce sont là les enseignements particulièrement rassurants à ce stade d'une étude parue lundi au Royaume-Uni, conduite par le Collège royal d'obstétriciens et de gynécologues, le Collège royal des sages-femmes, le Collège royal des pédiatres et de la santé des enfants, et relayée par le Guardian

Données chinoises

Le système immunitaire altéré des femmes enceintes pouvait en effet faire craindre une exposition plus dangereuse au virus, alors même que les maladies respiratoires peuvent affecter les bébés, mais il semble qu'il n'en est rien. Cette réserve persistante vient de la jeunesse de cette maladie encore très méconnue, et de la petitesse de l'échantillon. Les experts ont en effet travaillé à partir de chiffres chinois, notamment tirés d'un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé, portant sur 147 femmes, dont 64 contaminées, 82 cas suspects et un cas asymptomatique. Parmi ce panel, on a relevé 8% de situations graves, et 1% de cas critiques.

Une autre étude, cette fois-ci éditée par la revue scientifique The Lancet a appuyé ce panorama en examinant le cas de neuf femmes enceintes à Wuhan, berceau du coronavirus. A l'accouchement, par césarienne, les nourrissons ont affiché une bonne santé et aucune trace du virus n'a été découverte dans le lait maternel, ni dans le liquide amniotique, ni dans le cordon ombilical. 

Ne pas séparer la mère et l'enfant 

Russel Viner, président du Collège royal des pédiatres, a d'ailleurs expliqué, cité par le Guardian, qu'il ne fallait pas séparer la mère et l'enfant même en cas de contamination: "L'impact de cette séparation, même en tant que précaution, peut être important à la fois sur la mère et le bébé. Nous remettrons à plat cette recommandation quand nous aurons davantage d'éléments dans les semaines et les mois à venir."

Son confrère, Edward Norris, pour sa part président du Collège royal d'obstétriciens, a observé: "Il est probable que prochainement des femmes enceintes soient testées positives au coronavirus. Si les données sont pour le moment limitées, il est rassurant de voir qu'il n'existe pas de preuve d'une transmission du virus au bébé durant la grossesse".

Robin Verner