BFMTV

Coronavirus: le nombre de patients morts en réanimation sous-estimé en France, d'après une étude

Un patient hospitalisé atteint du Covid-19. - AFP

Un patient hospitalisé atteint du Covid-19. - AFP - -

Les premiers résultats d'une étude réalisée par le Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA) révèle que les chiffres de la mortalité dans les services de réanimation français pourraient être bien supérieurs à ceux annoncés jusqu'ici.

Le taux de mortalité des patients hospitalisés en réanimation pourrait être largement sous-estimé en France, selon les données du Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA) dévoilées par Le Monde ce lundi. 

Ce réseau européen de recherche en ventilation artificielle, créé en 2009, répertorie en fait le nombre de formes graves en réanimation à l'échelle nationale.

Une étude inédite, mais pas encore achevée

Une étude inédite par sa durée et son ampleur a ainsi été lancée par le REVA le mois dernier à partir des données qu'elle a collectées jusqu'ici. Celle-ci doit être soumise dans les prochains jours à une grande revue médicale internationale pour une publication attendue en mai, rapporte le quotidien national. Un groupe d'un peu plus de 1000 patients admis en réanimation pour une infection à Covid-19 a ainsi été suivi du 28 mars au 25 avril dernier.

Et grâce aux registres informatiques de ces quelques 200 centres de réanimation présents sur le territoire national, il est possible d'avoir accès aux informations relatives aux patients suivis: date d'entrée, de sortie, d'éventuels transferts, etc.

Et d'après les premiers résultats, consultés par le journal Le Monde, le taux de mortalité dans les services de réanimation français serait bien loin des 10% annoncés par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon le 17 avril dernier. En effet, ce taux de mortalité oscillerait plutôt entre 30 et 40%, selon l'étude. Des estimations confirmées au quotidien par plusieurs médecins en réanimation.

"On n'a jamais vu de tels taux de mortalité"

"Nous nous dirigeons vers une mortalité qui sera très vraisemblablement entre 30% et 40%. C’est un chiffre énorme", explique au Monde Matthieu Schmidt, coordinateur du REVA et médecin réanimateur à l'hôpital la Pitié-Salpétrière à Paris, qui est en train de finaliser l’étude.
"Il y a encore des données à analyser en provenance de certains centres pour affiner ce chiffre, mais on sera sur cette tendance, représentative de l’ensemble des réanimations de France. On n’a jamais vu de tels taux de mortalité. Avec le H1N1, même avec les formes les plus graves, on était à 25%", poursuit-il.

Le ministère de la Santé, contacté par le quotidien du soir, assure que les chiffres communiqués par Jérôme Salomon "se fondent sur une photographie des données de Santé publique France, et sur le nombre de patients décédés parmi les patients admis en réanimation, soit la mortalité à l’instant T au niveau de l’échantillon de Santé publique France".

Jeanne Bulant