BFMTV

Coronavirus: le médecin Patrick Pelloux ne voit pas "pas de signe d'une deuxième vague" à Paris

L'ensemble des indicateurs de l'épidémie sont en amélioration, selon le médecin urgentiste, qui appelle toutefois à ne pas se relâcher.

La région parisienne reste épargnée par une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus pour le moment, d'après Patrick Pelloux. Invité de Bonjour Paris ce jeudi, le président de l'Association des médecins urgentistes de France, a affirmé "qu'a priori il n'y a pas de signe d'une deuxième vague sur Paris".

"On a retrouvé une activité quasi normale dans les Samu et les urgences. On revoit les patients avec les douleurs habituelles, les infarctus, les AVC. Les accidents sont revenus aussi (...) On ne voit pas arriver ce qu'on avait vu arriver fin février-début mars, avec des malades très graves qui étaient signalés atteints du coronavirus", indique le médecin. 

Depuis le début du déconfinement, le nombre de patients en réanimation n'a cessé de baisser dans les hôpitaux d'Île-de-France. Mercredi, 764 personnes atteintes du coronavirus étaient désormais en réanimation dans les hôpitaux de la région, contre 776 mardi.

"Il ne faut absolument pas se relâcher", a toutefois mis en garde Patrick Pelloux. "Il faut porter le masque partout et tout le temps, garder la distanciation physique, se laver les mains toutes les heures", a-t-il insisté. 

Et d'ajouter en réaction aux images de Parisiens rassemblés sur l'esplanade des Invalides mercredi soir: "Vous pouvez voir vos amis, mais on ne se fait pas de bisous, on ne se serre pas les mains, gardez une distance d'un mètre, ne faites pas de soirée dansante (...) ce serait dommage qu'on perde la bataille". 

Benjamin Rieth