BFMTV

Coronavirus: le gouvernement autorise et encadre la prescription de chloroquine

Des tablettes d'hydroxychloroquine, l'antipaludéen en question. (Photo d'illustration)

Des tablettes d'hydroxychloroquine, l'antipaludéen en question. (Photo d'illustration) - GERARD JULIEN / AFP

Annoncée par Olivier Véran dans des cas "graves", l'autorisation d'utiliser la chloroquine pour traiter le Covid-19 est parue au Journal officiel ce jeudi.

Dans un décret paru ce jeudi, le gouvernement autorise et encadre, comme annoncé par le ministre de la Santé Olivier Véran, que "l'hydroxychloroquine et l'association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d'un médecin aux patients atteints par le Covid-19".

Cela doit se faire "dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile". 

Des mesures qui permettent donc de prescrire ce traitement controversé, en dehors de l'autorisation de mise sur le marché habituellement indispensable pour un médicament. Elles s'appuient sur l'avis du Haut conseil de la santé publique (HSCP) publié mardi, qui explique qu'il "n’existe actuellement pas de données permettant d’envisager l’utilisation hors protocole de l’hydroxychloroquine en prophylaxie du Covid-19." "En présence de signes de gravité, un traitement peut être envisagé: utilisation dans ce contexte d’une molécule à effet antiviral attendu (association fixe lopinavir ritonavir, voire le Remdesivir dans les cas les plus sévères) ou, à défaut de l’hydroxychloroquine", précise l'avis du HSCP. 

Prévention en cas de possible pénurie

Le décret ne précise pas, comme l'avait dit le ministre de la Santé dans une conférence de presse, que cette autorisation se limiterait uniquement "aux cas graves".

La délivrance de Plaquenil, médicament dérivé de la chloroquine, est désormais encadrée par ce décret qui interdit notamment son exportation. Afin de "protéger" les patients qui en ont besoin et d'éviter les risques de rupture de leur traitement à cause d'ordonnances "sans aucune justification", selon les mots du Dr Dominique Martin, directeur général de l'ANSM, le décret prévoit notamment la limitation de la délivrance du Plaquenil en officine à ses indications médicales strictes (polyarthrite rhumatoïde, lupus, et en prévention des lucites - allergies au soleil). 

Les autorités sanitaires assuraient mardi qu'il n'y avait "pas de pénurie" des médicaments à base de chloroquine, mais des associations de malades chroniques s'alarmaient de retards de livraison, dans la crainte de ne pouvoir poursuivre leur traitement.

Ivan Valerio, avec AFP