BFMTV

Coronavirus: la contamination s'accélère chez les jeunes, les autorités s'inquiètent

Ces dernières 24 heures, 2524 nouveaux cas ont été recensés en France, soit une progression quotidienne inédite depuis mai.

Les autorités sanitaires ne cessent de le répéter: le coronavirus touche tout le monde. Dans son dernier bilan, la Direction générale de la Santé confirme une hausse du nombre de cas diagnostiqués en France, 11.633 sur une semaine dont 2524 dans les dernières 24 heures, soit une progression quotidienne inédite depuis mai. Selon ces chiffres, des tranches d’âge de plus en plus jeunes semblent désormais touchées par le Covid-19.

"Deux diagnostics de contamination chaque minute, c'est beaucoup (...) mais la proportion de complications est beaucoup plus faible qu'au cours de la vague épidémique à proprement parler", a commenté le ministre de la Santé Olivier Véran, expliquant cette différence par le fait notamment que les personnes diagnostiquées sont "plus jeunes", "moins porteurs de fragilités."

+45% chez les 15-44 ans

Pour autant, cette augmentation du nombre de cas chez les tranches les plus jeunes est en réalité visible depuis le début du mois. Dans son bulletin qui date du 6 août passé, Santé publique France soulignait une augmentation de 45% chez les 15-44 ans, alors qu’elle n’était "que" de 20% chez les 45-64 ans et de 5% chez les 65-74 ans. Dans le détail, les 20-30 ans sont désormais les plus enclins à être touchés par cette augmentation inquiétante.

Dans des propos repris par Le Figaro, Olivier Véran faisait le point sur ces nouvelles contaminations et sur le taux d’incidence de plus en plus fort parmi ces classes d’âge.

Les contaminations "se développent aujourd’hui dans les tranches d’âge les plus jeunes, cela peut sembler d’autant moins grave que les formes de la maladie chez ces populations peuvent être modérées, voire quasi-inexistantes, cela ne veut pas dire pour autant que l’on n’est pas porteur du virus. Et surtout qu’on ne le transmet pas, y compris potentiellement à des personnes plus âgées, et donc plus à risque."

Comme le révèle le quotidien national, cette explosion de contaminations, qui touche désormais toutes les tranches d’âge, serait due à la multiplication des réunions de famille. À bien des égards, ces nouveaux cas parmi ces tranches d’âge plus jeunes inquiètent, alors que la rentrée scolaire interviendra dans maintenant moins d’un mois.

"Cet effet sera d’autant plus fort si l’on reste sur le schéma actuel d’une incidence plus forte chez les plus jeunes. Pendant l’année, le brassage dans les grandes agglomérations est plus important que pendant la période estivale. Pour résumer, plus nous avons de cas à la fin de l’été, plus il y aura de clusters après la rentrée", explique Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’université de Montpellier, toujours auprès du Figaro.

Sensibilisation

Cette vulnérabilité des plus jeunes face au coronavirus a été illustrée par une étude américaine, dont les conclusions ont été reprises par le site spécialisé Pourquoi Docteur, selon laquelle 1 jeune sur 3 serait désormais susceptible de développer une forme grave du Covid-19. Selon ces travaux publiés dans le Journal of Adolescent Health, qui battent en brèche l’idée reçue depuis le début de la pandémie selon laquelle les plus jeunes seraient moins atteints, et moins gravement, le vapotage serait l’un des facteurs aggravants de ces contaminations.

Alors face à cette situation, les pouvoirs publics ont pris la décision d’avertir encore plus le jeune public, sans pour autant le stigmatiser.

"La population jeune a compris que le risque pour elle était relativement faible, mais n’a pas bien compris qu’il fallait qu’elle se protège pour protéger les autres, et aussi pour son propre avenir (…). Il faut qu’on trouve un mode de dialogue un peu nouveau avec les jeunes", expliquait le 5 août dernier Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, au micro de France Inter.

Logiquement, les mises en garde se multiplient, en particulier en ce qui concerne les lieux festifs et familiaux, conclut Le Monde.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV