BFMTV

Etes-vous au bord du burn-out?

Un outils permettant d'auto évaluer son état d'épuisement professionnel existe: le Copenhagen Burnout Inventory (CBI).

Un outils permettant d'auto évaluer son état d'épuisement professionnel existe: le Copenhagen Burnout Inventory (CBI). - Ki Young Lee - CC - Flickr

Pour éviter le point de non-retour de l'épuisement professionnel, mieux vaut s'en préoccuper à temps. Un psychologue spécialisé énumère les signes avant-coureurs et conseille un outils d'auto évaluation.

Le mot est parfois galvaudé. Il n'empêche que "se sentir au bord du burn-out" est révélateur d'un important mal-être au travail. L'INRS définit le syndrome d'épuisement professionnel comme "un ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique dans lesquelles la dimension de l’engagement est prédominante."

Concrètement, Eric Hennekein, psychologue clinicien spécialiste du burn-out, énumère les symptômes qui doivent vous mettre la puce à l'oreille.

1-La sensation d'être déprimé

"L'incapacité à réagir survient. Vous-vous retrouvez face à un ordinateur sans que plus rien ne vienne, l'extinction des capacités cognitives et langagières guette", prévient Eric Hennekein, qui se souvient de ce patient qui s'est arrêté d'un coup, à mi-chemin entre son domicile et son lieu de travail, trajet qu'il effectuait en voiture depuis plus de vingt ans, sans pouvoir faire un mètre de plus.

2-L'anxiété

L'ouverture de la boite mail ou du courrier et la peur de l'avalanche de messages non lus qu'elle suscite devient réellement une insoutenable source d'angoisse, pire qu'à l'accoutumé. Tout comme prendre les transports en commun ou la voiture en heure de pointe.

3-Des troubles du sommeil

"Tout d'un coup, on se réveille chaque nuit à 3h30 du matin sans raison apparente, illustre le psychologue. La difficulté à dormir est un indicateur d'une activité psychique en état de stress."

4-Des troubles liés à l'alimentation

"L'excès ou la privation de nourriture sont révélateurs", assure Eric Hennekein.

5-La consommation de drogues

"La prise de substances comme le cannabis ou l'augmentation de la consommation d'alcool ou de tabac sont des signaux auxquels il faut être attentif", recommande l'expert du burn-out.

6-Une dévaluation de sa qualité de vie

"La difficulté à être en mesure de gérer sa vie quotidienne, à faire des exercices physiques ou à avoir une vie sociale engendre une dégradation de l'estimation de sa propre qualité de vie", constate enfin le psychologue. Les travailleurs qui connaissent un syndrome d'épuisement professionnel auraient tendance à l'évaluer entre 25 et 40 sur 100 grand maximum alors que les autres donnent plutôt une note comprise entre 65 et 85."

Pour auto évaluer plus précisément son état de fatigue personnel, professionnel et relationnel, l'expert préconise ce test de référence mis au point en 2005, le Copenhagen Burnout Inventory (CBI).

Si vous-vous sentez concernés, Eric Hennekein conseille de vous rendre dans la consultation spécialisée en souffrance au travail la plus proche de chez vous. A privilégier plutôt qu'une simple visite chez le médecin généraliste, par définition moins spécialisé dans le mal-être professionnel.

Rozenn Le Saint