BFMTV

88% des Français jugent leur médecin "compétent" mais trop "conservateur"

67% des Français estiment que leur médecin est systématiquement opposé à tout changement.

67% des Français estiment que leur médecin est systématiquement opposé à tout changement. - Damien Meyer - AFP

Alors que les médecins manifestent ce dimanche pour s'opposer au projet de loi de la ministre de la Santé, notamment en raison de la généralisation du tiers-payant, deux tiers des Français estiment que les professionnels de santé sont trop "conservateurs", dans un sondage du Parisien.

Ce sondage va certainement du baume au coeur des médecins qui manifestent dimanche pour protester contre le projet de loi de Marisol Touraine qui pourrait peser, selon eux sur la qualité des soins. 88% des Français attribuent comme première qualité la compétence à leurs médecins, selon un sondage publié par Le Parisien.

"Opposés systématiquement au changement"

A cela, les personnes interrogées répondent également massivement (à 82%) que les professionnels de santé sont "sympathiques", "courageux" (pour 80% des Français) et à "l'écoute de leurs patients (78%), selon cette enquête réalisée auprès de 1.008 personnes..

Pour autant, les médecins sont aussi perçus de manière négative. Ainsi, 66% des personnes interrogées estiment que les médecins sont "corporatistes" et "conservateurs" et 63% les jugent "privilégiés". Deux Français sur trois (67%) jugent par ailleurs que les médecins "ont tendance à s'opposer systématiquement à tout changement".

Pour une prime pour lutter contre les déserts médicaux

Pour lutter contre les déserts médicaux, les Français approuvent majoritairement la mise en place de maisons de professionnels de santé dans les zones démédicalisées (84%), l'octroi d'une prime à l'installation (78%) et le développement de la collaboration libérale en réseau (71%).

Ils approuvent aussi des mesures punitives: que l'on ne prenne plus en charge une partie des cotisations sociales des médecins s'installant en zone surmédicalisées (59%) et que l'on déconventionne les médecins qui s'y installeraient (56%).

J.C. avec AFP