BFMTV

Viande de cheval : le gouvernement « au combat » pour sauver Spanghero

-

- - -

Le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, a promis lundi que le gouvernement allait « au combat » pour tenter de sauver l'entreprise Spanghero, au cœur du scandale de la viande de cheval. La société de Catselnaudary, placée en liquidation judiciaire vendredi, emploie 240 salariés.

Ce n’est pas parce qu’il y a eu une fraude supposée que les salariés doivent trinquer. C’est le message du ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, qui a promis lundi à Montpellier que le gouvernement allait « au combat » aux côtés des 240 salariés de Spanghero pour sauver cette entreprise de Castelnaudary (Aude), au cœur du scandale de la viande de cheval et qui a été placée vendredi en liquidation judiciaire. « Nous sommes au combat et nous allons conduire ce combat ensemble » avec les employés et les élus, a dit le ministre, à l'issue d'une rencontre d'urgence avec des représentants du personnel et des responsables politiques locaux.

« Nous allons livrer ce combat avec toute l'énergie qu'il faut »

Cette réunion a servi à définir « une méthode de travail, mais surtout une méthode de combat pour l'emploi », selon le ministre. Cependant, a-t-il admis, « je ne dis pas que le combat sera gagné, je dis simplement aujourd'hui que nous allons livrer ce combat avec toute l'énergie qu'il faut », soulignant l'importance du savoir-faire du personnel de Spanghero.
Spanghero, prise dans la tourmente depuis février, a été mise en liquidation judiciaire vendredi, avec la possibilité de poursuivre ses activités pendant trois mois, peut-être six. Durant cette période, le propriétaire actuel, la coopérative basque Luc Berri, va chercher à vendre l'entreprise, qui perdrait 200 000 euros par semaine. Les salariés s'attendent à l'annonce d'un plan social dès cette semaine.

Philippe Gril avec AFP