BFMTV

"Valeurs actuelles", la voix de la droite dure

Deux exemples de unes de "Valeurs actuelles".

Deux exemples de unes de "Valeurs actuelles". - BFMTV

L'hebdomadaire, qui fête ses 50 ans, a multiplié ses ventes par cinq en quelques années. Le fruit d'une ligne de droite dure, impulsée par son directeur en 2012.

Tous les mercredis, dans un hôtel particulier du 16e arrondissement, la rédaction de Valeurs actuelles se réunit pour la conférence de rédaction de l'hebdomadaire. L'occasion d'y présenter les sujets de la semaine, qui souvent se répètent: un journaliste évoque les migrants de Calais. 

Cette ligne est assumée sans aucune difficulté par le jeune rédacteur en chef, Geoffroy Lejeune: "On parle surtout des sujets sociétaux, qui inquiètent la société: l'immigration, l'identité, la place de l'islam en France. Mais ça marche pour tous les journaux! C'est juste que nous, on ne prend pas de pincettes et on n'a pas peur d'en parler régulièrement".

Valeurs actuelles, qui fête ses 50 ans ce mercredi, est devenu le bras armé de la droite décomplexée. A son compteur, des unes chocs, deux condamnations pour incitation à la haine, et des cibles privilégiées. 

"En mettant en avant des figures 'punching-ball' comme Christiane Taubira ou Najat Vallaud-Belkacem, ce journal sait qu'il va draguer l'électorat d'une droite radicalisée, ou de l'extrême droite", estime Renaud Dély, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire Marianne.

Les ventes augmentent

Une recette qui semble fonctionner: alors que la presse magazine plonge dans le rouge, Valeurs Actuelles a vu ses ventes en kiosques multipliées par 5 en cinq ans. Dans une enquête menée en 2015, L'Obs rapportait un passage de 5000 exemplaires en kiosques en 2012 à 33 000 en 2015, pour une diffusion totale de 100 000 exemplaires.

"Avant, c'était plutôt un hebdomadaire de droite libérale conservatrice, c'est devenu un hebdo qui a ajouté une couche identitaire, ultra-choc, qui agite des thèmes de société dans l'air du temps", analyse de son côté David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks.

L'identité, l'immigration, l'islam sont des sujets qui obsèdent les lecteurs, explique Yves de Kerdrel, le directeur général de l'hebdomadaire à l'origine du virage à droite. Achevant la lecture d'un email d'un couple pris à parti dans une cité, il constate chez ses lecteurs "une gigantesque colère rentrée". La mission que s'est assignée Valeurs actuelles: faire polémique en se faisant la voix d'une nouvelle droite dure, de Nicolas Sarkozy à Jean-Marie Le Pen en passant par Patrick Buisson et Eric Zemmour.
Pauline Revenaz, Baptiste Besson, Camille Fournier et Alexandre Funel.