BFMTV

Une "minorité" la CGT? Le syndicat compte plus d'adhérents que les partis politiques

La CGT est en pointe dans le combat contre la réforme du code du travail de Myriam el-Khomri.

La CGT est en pointe dans le combat contre la réforme du code du travail de Myriam el-Khomri. - Dominique Faget - AFP

INFOGRAPHIES - Plusieurs dirigeants politiques mettent en doute la représentativité des syndicats. En cause, le faible niveau d'adhérents. Mais les partis politiques font-ils mieux? La fédération française de pétanque rassemble à elle seule plus d'adhérents que le premier parti de France.

Alors que la bataille autour de la loi Travail fait rage et que les syndicats, CGT en tête, mobilise ses troupes sur tous les fronts, la question récurrente de leur représentativité revient sur le tapis. Les syndicalistes parlent-ils vraiment pour la majorité des salariés ou ne représentent-ils qu'eux-mêmes? L'exécutif a son point de vue. Pour François Hollande, la stratégie de cette lutte est portée "par une minorité". Pour Manuel Valls, la CGT "prend en otage les Français et notre économie".

Fait suffisamment rare pour être souligné, l'opposition adopte la même ligne, mais en plus dur. Ainsi, pour Christian Estrosi:

"La CGT est composée de "groupuscules ultra-gauchistes, il n'est plus acceptable que le gouvernement continue de la considérer simplement comme un syndicat représentatif du monde du travail."

La France, pays peu syndicalisé

Ces figures politiques s'appuient en effet sur une spécialité française: le faible taux de salariés syndiqués dans les entreprises. Au jeu du syndicalisme, l'hexagone se classe parmi les derniers d'Europe: seuls 8% ont leur carte, ce qui représente environ deux millions de salariés, selon le ministère du Travail. Ce taux est, par exemple, de 55% en Belgique, ou 82% en Islande.

Il n'est pas raisonnable de juger de la représentativité de syndicats ou de partis politiques à leur seul nombre de cartes: à chaque présidentielle, plusieurs millions d'électeurs choisissent de donner le pouvoir à un parti. Toutefois, il peut être intéressant de les comparer pour voir les choses avec un peu de perspective. Car s'il est une chose que les partis politiques partagent avec les syndicats, c'est bien la démobilisation des militants.

Ainsi, le 24 mai sur RTL, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, réplique:

"A elle seule, la CGT a plus d'adhérents que l'ensemble des partis politiques en France et c'est eux qui nous parlent de légitimité. Il y a des taux de participation bien plus importants aux élections professionnelles que dans les élections politiques."

Tous ces chiffres d'adhésions sont à prendre avec précaution. Partis comme syndicats maintiennent une certaine opacité sur la réalité de leurs contingents, dont nous n'avons qu'un aperçu purement déclaratif et invérifiable lorsqu'ils décident de communiquer à ce sujet. Il est parfois difficile, de plus, de savoir la part de cotisation à jour et celle d'adhésions anciennes non renouvelées.

Quatre fois plus de syndiqués que d'encartés

La CGT revendique aujourd'hui 688.000 adhérents. Par rapport aux 3 millions qu'elle rassemblait au début des années 50, ce chiffre semble bien faible, mais toujours bien plus important que les 131.000 que revendique le Parti socialiste. Philippe Martinez a raison sur ce point: il possède à lui seul plus d'adhérents que tous les partis politiques réunis.

Si l'on considère la CGT comme le premier syndicat de France, c'est parce qu'en dépit de son nombre d'adhérents plus faible que la CFDT, elle a plus de succès aux élections professionnelles. Lors des élections professionnelles nationales en 2013, la CGT a obtenu 26,77 % des voix, contre 26 % pour la CFDT.

Le nombre d'adhérents aux partis politiques est, globalement, en chute libre depuis des années. Les Républicains, anciennement UMP, accusent la pire érosion entre 2007 et 2015, passant de 370.247 à 175.900 cartes, malgré un sursaut en 2013. Sans surprise, le parti qui monte est le Front national, qui passe, lui, de 7.000 à 51.000 adhérents sur la même période de temps.

Le PS parvient à battre l'aviron

Au-delà de la seule CGT, le total des syndiqués reste plus de quatre fois supérieur au total des porteurs de cartes des six principaux partis français (Les Républicains, le Parti socialiste, le Parti communiste, le Front national, l'UDI et le Parti de gauche). S'il y a en France un manque d'engagement syndical, il est moins criant que la désertion politique.

Une manière de formaliser le manque d'engagement politique ou syndical est de le comparer à d'autres formes d'engagement. Que Les Républicains ou le Parti socialiste aient beaucoup moins d'encartés que la fédération française de football, cela se comprend. Mais ce n'est pas que le football: la plupart des sports olympiques comptent plus d'adhérents que les deux premiers partis de France. Il n'y a que l'aviron, le cyclisme et le volley-ball que le Parti socialiste parvienne à battre (les chiffres des fédérations sont ceux de l'Insee, année 2013).

Plus de boulistes que de militants Les Républicains

Les disciplines olympiques sont souvent les plus populaires, mais le fait que les Français soient à ce point plus intéressés par le sport que par la politique fait réfléchir. De manière générale, de nombreuses autres formes d'engagement reçoivent autant ou plus de suffrages que les partis politiques et les syndicats.

Cette comparaison est à prendre pour ce qu'elle est: une manière de prendre un peu de perspective sur les chiffres avancés des adhésions, et de les relativiser. Mais elle rappelle toutefois qu'en matière de persuasion et de confiance, les anciennes structures politiques et syndicales ont encore beaucoup de travail à faire.