BFMTV

2017: 45% des étudiants affirment qu'ils n'iront pas voter

Des étudiants en Sciences assistent à une réunion lors de leur première journée de cours après la pause estivale, à l'université de Caen, dans le nord-ouest de la France, le 14 septembre 2015.

Des étudiants en Sciences assistent à une réunion lors de leur première journée de cours après la pause estivale, à l'université de Caen, dans le nord-ouest de la France, le 14 septembre 2015. - CHARLY TRIBALLEAU - AFP

Le taux d'abstention des étudiants s'annonce particulièrement élevé pour la présidentielle de 2017: 45% d'entre eux disent ne pas compter glisser leur bulletin dans l'urne, selon un sondage Ifop pour L'Etudiant.

Un désintérêt particulièrement prononcé, à moins de six mois du premier tour. 45% des étudiants affirment qu'ils n'iront pas voter à la présidentielle de 2017, selon un sondage Ifop pour L’Etudiant publié ce mardi. 

Plus précisément, plus le niveau d'études supérieures est élevé, plus l'intention de se rendre aux urnes est forte. Mais les intentions de vote sont bien moins élevées que chez les Français en général: 27% des électeurs affirment vouloir se déplacer, si l'on en croit une précédente enquête d'opinion réalisée par l'Ifop en octobre dernier. 

Juppé, candidat qui répondrait le mieux à leurs attentes

Il ressort également de ce sondage qu'Alain Juppé est le candidat que les étudiants jugent le mieux à même de répondre à leurs préoccupations. 

A la question: "Chacun des candidats (déclarés ou potentiels) suivants à l'élection présidentielle de 2017 prend-il en compte les préoccupations des étudiants?", le maire de Bordeaux arrive en tête (40% de réponses favorables), suivi par Jean-Luc Mélenchon (32%) et Nicolas Sarkozy (30%).

Pour les mesures prises pour l'enseignement supérieur depuis 2012

Autre constat, les étudiants sont pessimistes quant à leur situation: la moitié considère que leur situation s'est "plutôt détériorée" depuis 2012. Pour 29% d'entre eux, la situation des étudiants n'a pas évolué, et 21% seulement, estiment qu'elle s'est améliorée. 

Pourtant, les étudiants approuvent globalement les mesures qui ont été prises pour l'enseignement supérieur durant le quinquennat de François Hollande: 88% des personnes interrogées sont favorables au développement des aides à l'insertion professionnelle, 87% à la création du statut d'étudiant entrepreneur, 77% à la création de deux nouveaux échelons pour les bourses étudiantes, et 56% à l'instauration d'une sélection à l'entrée du Master à l'université.

Sondage réalisé auprès d'un échantillon de 604 personnes, entre le 25 octobre et le 4 novembre 2016.

V.R.