BFMTV

Sénat : plus de 1.700 candidatures, un record historique

Les élections sénatoriales auront lieu le 28 septembre.

Les élections sénatoriales auront lieu le 28 septembre. - Eric Feferberg - AFP

Quelque 1.733 candidats vont se présenter aux 178 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 28 septembre. La moitié des départements sont concernés puisque le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans.

Les sièges du Sénat sont convoités. Au point de battre cette année un record de candidatures pour ce type d'élection. Ils sont 1.719 à se présenter aux 178 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 28 septembre. En 2011, le Palais du Luxembourg comptait 1.374 candidats, et 754 en 2008.

Le dépôt des candidatures, entamé le lundi 8 septembre, s'est achevé vendredi dernier dans les préfectures. Elles ont été transmises aux tribunaux administratifs, qui doivent vérifier avant mardi soir leur validité. La moitié des départements sont concernés, le Sénat étant renouvelable par moitié tous les trois ans.

Plus de femmes qu'en 2011, mais...

Cette année, les femmes sont plus nombreuses qu'en 2011, où elles ne représentaient que 42,23%. Mais ce taux n'est pas un record pour autant. En 2004, 43,19% des candidats étaient des femmes. Cette année, 62 se présentent dans les 34 départements où les sénateurs sont élus au scrutin majoritaire. Dans ces mêmes départements, elles sont 227 à être suppléantes, le candidat et le suppléant devant être du sexe opposé, afin d'assurer une certaine parité. Dans les 29 départements où est appliqué le scrutin à la proportionnelle (119 sièges, avec ceux des Français de l'étranger), 52 femmes sont têtes de liste (21,4%).

Des candidats FN partout en métropole

Le Front national, qui espère pour la première fois l'entrée d'un des siens au Sénat, présente des candidats dans tous les départements métropolitains. Dans plusieurs départements, des listes dissidentes peuvent faire perdre des sièges à leur famille politique. Dans l'Hérault par exemple, la liste conduite par le socialiste Henri Cabanel risque de souffrir d'une liste divers gauche menée par Christian Bilhac, le président de l'association des maires du département, et d'une autre du sénateur sortant Robert Navarro, exclu du PS et mis en examen pour abus de confiance. En Haute-Savoie, la socialiste Claire Donzel espère que la présence de deux listes UMP, dont une conduite par le sénateur sortant Jean-Claude Carle, lui permettra de tirer son épingle du jeu.

Une moyenne d'âge de 55 ans

L'âge moyen des candidats est de 55 ans et 4 mois, le plus jeune ayant 24 ans, et le plus âgé 88 ans et 4 mois. Contrairement à 2011 où s'étaient présentés trois ministres, aucun membre du gouvernement n'est cette année candidat. En revanche, 3 députés, tous UMP, sont candidats à un fauteuil au Palais du Luxembourg: François Baroin dans l'Aube, Alain Marc dans l'Aveyron et Georges Ginesta dans le Var. 117 sénateurs sont candidats à leur propre succession. D'autre part, François Patriat (PS), président du Conseil régional de Bourgogne, se représente dans la Côte d'Or. 29 présidents de Conseil général sont également candidats, certains en position éligible comme Jean-Noël Guérini (Bouches-du-Rhône), pourtant exclu du Parti socialiste mais à la tête d'une liste dissidente.

La date des régionales et départementales précisée mardi

Alors que les candidats des sénatoriales se précisent, le gouvernement devrait annoncer mardi les dates des élections régionales et départementales. Selon Le Figaro, les deux scrutins n'auront finalement pas lieu en même temps. Les régionales pourraient ainsi se dérouler en mars 2015, alors que les départementales auraient lieu en décembre 2015. En cause, un allongement trop important du mandat des conseillers généraux, qui pourraient être censuré par le Conseil constitutionnel.

A. Dt et C. P. avec AFP