BFMTV

Réforme territoriale: cette fois, les députés écologistes voteront contre

Barbara Pompili et François de Rugy lors d'une réunion à Matignon le 7 avril dernier.

Barbara Pompili et François de Rugy lors d'une réunion à Matignon le 7 avril dernier. - Fred Dufour - AFP

Les députés d'Europe Ecologie - Les Verts ont décidé de voter contre la loi sur la nouvelle carte des régions, ont annoncé ce mardi les deux présidents du groupe à l'Assemblée nationale.

Les députés écologistes voteront contre la réforme territoriale en seconde lecture mardi après-midi: c'est ce qu'ont annoncé, mardi après-midi, François de Rugy et Barbara Pompili, les coprésidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale.

Lors de la première lecture de la loi, les élus écologistes s'étaient abstenus et espéraient des évolutions en seconde lecture. Les députés UDI, qui étaient 19 à s'être abstenus en première lecture, seront eux aussi "une immense majorité à voter contre", a annoncé leur chef de file, Philippe Vigier.

Les écologistes pour la "souplesse"

En cause, la nouvelle carte des régions de France, qui les réduit de 22 à 13. "La carte laisse beaucoup de blessures sur le territoire", a déclaré François de Rugy, citant l'Alsace, le Languedoc-Roussillon (unifié avec Midi-Pyrénées , la Bretagne "qui ne va pas être réunifiée, et le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie "fusionnés de force".

Selon l'élu de Loire-Atlantique, "il n'y a pas de cohérence globale dans cette démarche (du gouvernement) sinon une cohérence plutôt jacobine d'imposer un modèle d'en haut" alors que les écologistes plaident pour de la "souplesse" en "faisant confiance aux élus locaux".

"L'Etat ne souhaite pas à ce stade décentraliser un certain nombre de compétences vers les régions, ce qui serait pourtant un vrai moyen de les renforcer", a-t-il complété, en lâchant: "on ne sait pas ce qui va rester de cette réforme à part un redécoupage qui suscite des mécontentements qui ne doivent pas être pris à la légère".

Rugy fustige l'attitude de Cazeneuve

Par ailleurs, "le ministre de l'Intérieur a été très méprisant à l'égard d'un certain nombre d'expressions de collègues qui se préoccupent de défendre des identités régionales", a regretté François de Rugy. Jeudi dernier, Bernard Cazeneuve avait attaqué frontalement le coprésident du groupe EELV en l'accusant d'avoir "depuis des semaines" à son encontre "la haine aux commissures des lèvres".

Dans une lettre à Manuel Valls rendue publique jeudi soir, l'ensemble des députés écologistes lui ont demandé "les excuses qui s'imposent à François de Rugy et à l'ensemble des membres de notre groupe, qui n'ont pas à faire les frais de l'incapacité évidente de votre ministre de l'Intérieur à se hisser au niveau de qualité d'échanges qui devrait être le sien avant la représentation nationale".

Ariane Kujawski avec AFP