BFMTV

Record de candidatures pour les sénatoriales du 24 septembre

Le Sénat a enregistré 1.996 candidatures pour les 171 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 24 septembre, un record pour ce type d'élections, selon de nouveaux chiffres présentés mardi par les services de la Chambre haute.

Le Sénat a enregistré 1.996 candidatures pour les 171 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 24 septembre, un record pour ce type d'élections, selon de nouveaux chiffres présentés mardi par les services de la Chambre haute. - LIONEL BONAVENTURE, AFP/Archives

Le Sénat a enregistré 1.996 candidatures pour les 171 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 24 septembre. Un record pour ce type d'élections, selon de nouveaux chiffres présentés mardi par les services de la Chambre haute.

Rien qu'à Paris, 13 listes ont été déposées, dont plusieurs à la dernière minute, alors que 10 seulement étaient attendues. En 2011, année du dernier scrutin sénatorial dans la capitale, il n'y en avait eu que six.

Les femmes plus nombreuses à êtres candidates qu'en 2014

En 2014, lors du précédent renouvellement sénatorial, 1.733 candidats s'étaient disputé les 178 sièges qui étaient alors renouvelés. Il s'agissait déjà d'un record pour ce type d'élections puisqu'il y en avait eu 1.374 en 2011 et 754 en 2008.

Cette année, les femmes sont plus nombreuses à être candidates qu'en 2014 (909, soit 45,5%, contre 730, 42,12%). Ce taux constitue également un record.

Le parti d'Emmanuel Macron, La République en Marche, présente des candidats dans toute la France métropolitaine. Les candidatures ont été transmises aux tribunaux administratifs qui doivent vérifier leur validité.

Deux ministres candidats cette année

Le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans. Cette année, sur un total de 348 sénateurs, 171 sièges sont concernés dans 38 départements métropolitain et 6 départements et collectivités d'outremer, auxquels s’ajoutent 6 sièges des Français hors de France et un siège vacant.

Seuls deux ministres sont candidats cette année, Jacqueline Gourault (ministre auprès du ministre de l'Intérieur) à sa propre succession dans le Loir-et-Cher, et Gérald Darmanin (Comptes publics) en position non éligible dans le Nord. En 2014, aucun ministre ne s'était porté candidat.

S.Z avec AFP