BFMTV

Pour Jean Castex, "il est prématuré de parler de déconfinement"

Si la courbe des contaminations est en baisse, les chiffres "restent fragiles", précise le Premier ministre. "C'est pourquoi il est prématuré de parler de déconfinement."

Même si elles ont suscité "la colère de certains", les mesures restrictives étaient "nécessaires", a rappelé ce jeudi matin Jean Castex dans un propos liminaire. Le Premier ministre a pris la parole pour apporter des précisions aux annonces formulées par Emmanuel Macron mardi soir.

Il a ainsi souligné que les efforts engagés par les Français depuis la mi-octobre avec le couvre-feu, ont payé. "Aujorud'hui, les premiers résultats sont là. Cela doit nous donner de l'espoir", a-t-il déclamé.

"En moyenne, sur les sept derniers jours, nous avons recensé 17.000 cas quotidiens. Le taux de contaminations, le fameux 'R', est désormais à 0,65, soit le niveau atteint lors du premier confinement et l'un des niveaux les plus bas d'Europe", a félicité Jean Castex.

"Ne pas baisser la garde"

Toutefois, le Premier ministre a tenu à insister sur le fait que "ces chiffres restent encore fragiles. La situation se présente différemment qu'en mai dernier lors de la sortie du confinement: les conditions climatiques hivernales et les fêtes de fin d'année sont deux facteurs de risque".

Et d'ajouter: "Nous ne pouvons donc pas baisser la garde. C'est pourquoi il est prématuré de parler de déconfinement."
Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV