BFMTV

Pour DSK, la "moitié" des ministres du gouvernement Valls sont des "brêles"

Dominique Strauss-Kahn à Belgrade, en septembre 2013.

Dominique Strauss-Kahn à Belgrade, en septembre 2013. - -

En privé, l'ancien patron du FMI dit tout le mal qu'il pense du président François Hollande et du gouvernement actuel, selon "Le Point".

Bien qu'éloigné de la vie politique, Dominique Strauss-Kahn ne se prive pas de la commenter. En tout cas en privé. L'hebdomadaire Le Point a rapporté ce jeudi quelques propos "off" tenus par l'ancien directeur du FMI, qui ne mâche pas ses mots lorsqu'il s'agit de juger l'équipe gouvernementale. DSK se révèle même particulièrement dur avec le président de la République, François Hollande, mais aussi avec le Premier ministre, Manuel Valls, et le gouvernement socialiste dans son ensemble.

Hollande, un "tacticien"

"Manuel, il veut faire, il peut faire. Mais il n'est pas tout seul. Avec Hollande, ils sont deux dans la même cuisine gouvernementale, l'un tient le sel, l'autre le poivre", aurait ainsi dit DSK, selon Le Point. Et de poursuivre: "Hollande s'implique trop dans le quotidien, Manuel n'a pas d'espace. Il est ficelé dans un gouvernement composé par Hollande dont la moitié sont des brêles. Il n'a pas fait le gouvernement qu'il voulait".

Quant à François Hollande, il n'est ni plus ni moins, pour DSK, qu'un "tacticien". "A chaque instant, Hollande prend la position qui maximise sa situation en se disant: plus tard, on verra. Là, il occupe le centre parce que, fin 2013, Sarkozy envisageait de revenir par le centre", justifie l'ancien patron du FMI.

A.S.