BFMTV

Harlem Désir: "je n'ai pas été débarqué du PS"

Harlem Désir, secrétaire d'État aux Affaires européennes

Harlem Désir, secrétaire d'État aux Affaires européennes - -

Le secrétaire d'État aux Affaires européennes Harlem Désir était l'invité, mardi matin, de BFMTV et RMC. Au menu les élections européennes de dimanche et la montée de l'abstention.

Elections européennes, abstention, "Harlem bashing": le secrétaire d'État aux Affaires européennes Harlem Désir était l'invité, mardi matin, de BFMTV et RMC. Voici ce qu'il fallait retenir de cette interview.

# Storytelling: "non, je n'ai pas été débarqué"

"Non, je n'ai pas été débarqué du Parti socialiste", a d'abord expliqué Harlem Désir. "François Hollande a dû tirer les leçons de l'échec des municipales", et "on a dû considérer que mon expérience européenne pouvait être un atout pour défendre nos positions sur l'Europe", a-t-il insisté. Pour justifier son peu d'assiduité au Parlement européen, quand il en était élu, Harlem Désir a par ailleurs expliqué qu'il "s'était beaucoup consacré" à sa fonction nationale: la direction du PS.

Enfin Harlem Désir a enfin réfuté l'existence d'un "Harlem Désir bashing".

# La-faute-à-qui?: C'est aux médias de faire vivre la campagne européenne

Les professions de foi des candidats ne sont toujours pas arrivées chez les électeurs, la campagne européenne n'intéresse pas... "C'est aussi aux médias de faire des efforts", a répondu Harlem Désir. "Jamais le Parlement européen n'a eu autant de pouvoirs", et jamais le risque de l'abstention n'a été aussi fort, a-t-il expliqué.

Faut-il pour autant rendre le votre obligatoire? "Non, l'Europe ne doit pas être une punition. Il faut sauver l'idée de l'Europe de demain", a-t-il insisté.

Hélène Favier