BFMTV

Incident à l'Assemblée: Bartolone réclame des sanctions contre les députés

Le président PS Claude Bartolone interrogé par BFMTV, le 19 avril 2013

Le président PS Claude Bartolone interrogé par BFMTV, le 19 avril 2013 - -

Plusieurs députés de l'opposition ont failli en venir aux mains, cette nuit à l'Assemblée, en plein débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous. Un comportement inacceptable pour le président PS Claude Bartolone qui ne compte pas en rester là.

Des députés UMP qui foncent d'un bloc sur les bancs de la majorité et menacent d'en venir aux mains... Cette scène surréaliste s'est déroulée peu avant 1h du matin, dans la nuit de jeudi à vendredi, au cours des débats en seconde lecture du projet de loi sur le mariage pour tous à l'Assemblée nationale. L'empoignade a contraint le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, de suspendre la séance. Depuis, il ne décolère pas et ne compte pas en rester là.

Bartolone veut des sanctions

"Une telle scène n’est pas acceptable, et dès la prochaine réunion du Bureau de l’Assemblée Nationale je ferai visionner les images de l’incident pour demander des sanctions", a-t-il annoncé vendredi matin sur BFMTV.

"On ne peut pas être ici pour voter la loi, montrer ce qu’est le débat démocratique et se comporter comme cela a été le cas cette nuit, où pour un sourire de mauvaise qualité on voit des députés se précipiter sur un fonctionnaire pour l’intimider et le bousculer. Donc il y aura des sanctions", a-t-il promis.

Des députés exclus de l'Assemblée?

La gamme des sanctions prévues par le règlement de l'Assemblée va du rappel à l'ordre à une exclusion de quinze jours du Palais Bourbon (avec privation de la moitié de l'indemnité pendant deux mois). Le bureau de l'Assemblée comprend 22 membres, de tous les groupes, élus à la représentation proportionnelle.

Une mimique met le feu aux poudres

L'incident est inédit. Aux alentours de 00h45, alors que les députés poursuivent l'examen en seconde lecture du projet de loi sur le mariage pour tous entamé mercredi, Marc Le Fur, élu UMP, revient sur la manifestation des anti-mariage homosexuel, aux Invalides, jeudi soir. 

"J'ai vu passer une jeune fille à lunettes trainée par trois policiers qui étaient casqués", lance-t-il. "Je demande au ministre de l'Intérieur de cesser...qu'est ce qui s'est passé ?" L'élu est interrompu par une clameur qui monte des rangs de l'opposition.

Les parlementaires UMP sont visiblement excédés par une mimique d'un fonctionnaire de la Justice assis derrière Christiane Taubira. Tous le pointent du doigt et se lèvent, provoquant un attroupement général. Les huissiers s'interposent pour protéger le fonctionnaire. L'image a le temps de faire le tour des télévisions avant avant que le signal vidéo ne soit coupé.

|||sondage|||732

Sandrine Cochard