BFMTV
Politique

Montebourg à propos de Valls: "Nous avons le devoir de nous unir"

Arnaud Montebourg estime que les candidats à la primaire à gauche devront "s'unir" après le second tour de janvier. (Photo d'illustration)

Arnaud Montebourg estime que les candidats à la primaire à gauche devront "s'unir" après le second tour de janvier. (Photo d'illustration) - AFP

L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a estimé vendredi que les candidats à la primaire à gauche auraient le devoir de "s'unir" après le second tour le 29 janvier.

"Nous sommes dans la même primaire. C'est donc que nous jugeons que nous pouvons nous confronter sans nous détruire. Sans nous affronter, s'est exprimé Arnaud Montebourg ce vendredi, sur France Inter. Nous avons le devoir de nous unir".

L'ex-ministre de l'Economie a-t-il plus de points communs que de différences avec Manuel Valls, comme celui-ci l'a dit au JDD? "Heureusement", a-t-il répondu, alors qu'il avait été évincé du gouvernement en août 2014, après avoir exprimé des désaccords avec sa politique économique.

Le retrait de François Hollande "permet à la gauche de se tourner vers le futur"

"Quel que soit le candidat, nous aurons beaucoup de choses à nous dire et nous le ferons très tranquillement. C'est le processus de construction de la primaire. Ce n'est pas un processus d'annulation", affirme Arnaud Montebourg. L'ex-ministre a par ailleurs jugé "difficile" que le Premier ministre reste à Matignon s'il se portait candidat.

Revenant sur la décision de François Hollande de ne pas se représenter en 2017, il juge qu'il s'agit d'une "décision de sagesse lucide hautement respectable", qui "permet à la gauche de se tourner vers le futur". "Il a mesuré la situation du pays, les dangers que faisait poser sa propre candidature sur la gauche et sur l'avenir du pays", a-t-il dit.

"Il va falloir que nous unissions et il est très difficile d'unir quand on a désarticulé (...) Ce n'est pas l'échec d'un homme, c'est l'échec d'une politique qui n'a pas redressé le pays et qui a disloqué la gauche", a-t-il souligné.

A.Mi avec AFP