BFMTV

Migrants "harcelés" à Paris selon Médecins Sans Frontières: Bruno Le Roux défend les policiers

Bruno Le Roux défend les policiers, accusés par Médecins Sans Frontières de "violences et harcèlement" sur les migrants qui dorment dans les rues de Paris. (Photo d'illustration)

Bruno Le Roux défend les policiers, accusés par Médecins Sans Frontières de "violences et harcèlement" sur les migrants qui dorment dans les rues de Paris. (Photo d'illustration) - AFP

L'ONG Médecins Sans Frontières accuse les policiers de "violences" à l'encontre des migrants dans les rues de Paris. Le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a réagi ce dimanche.

"Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers", a lancé Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur, ce dimanche. En effet, Médecins sans frontières (MSF) accuse les policiers de se livrer à du "harcèlement" et des "violences" contre les migrants se trouvant dans la rue. 

Dans un communiqué au ton virulent, MSF a dénoncé samedi "la systématisation des violences policières qui ciblent les centaines de migrants parisiens en errance dans la capitale".

Selon MSF, les policiers confisquent les couvertures des migrants

"Ce que font aujourd'hui les forces de police, c'est de la mise à l'abri de personnes qui sont vulnérables", a répliqué le ministre, invité du Grand jury RTL-LCI-Le FIgaro. "Je ne partage absolument pas cette vision". 

Selon MSF, les policiers dispersent parfois les migrants à coup de gaz lacrymogènes et leur confisquent leurs couvertures, des "pratiques inacceptables" qui "mettent en danger" leur vie en plein hiver, selon l'ONG. 

Le "travail" des policiers, "c'est de continuer à le faire, avec toute l'humanité qui est consubstantielle à leur responsabilité", a insisté Bruno Le Roux. "C'est vrai, quelquefois, il peut y avoir une forme de contrainte à mettre à l'abri quelqu'un", a-t-il ajouté.

A.Mi avec AFP