BFMTV

Le baromètre des éditorialistes - "C'est le gouvernement du parfait petit chimiste"

-

- - Montage BFMTV

Le gouvernement d'Edouard Philippe a été dévoilé mercredi après-midi. Cette équipe ministérielle, composée à la fois de personnalités de droite, de gauche, du centre et de la société civile, survivra-t-elle aux législatives?
-
- © -

> Christophe Barbier: "C'est visiblement un gouvernement pour durer, pour réformer, pour appliquer le programme"

"Ce gouvernement est un bon signal pour les législatives, parce que ce n'est pas un gouvernement pour les législatives. C'est visiblement un gouvernement pour durer, pour réformer, pour appliquer le programme. On a d'un côté des ministres politiques qui ont un véritable poids, comme Bruno Le Maire ou Gérard Collomb, et, de l'autre, des experts dans leur domaine, pas des gens de la société civile sortis pour leur notoriété: des gens qui connaissent leurs dossiers. Quand vous êtes Jean Michel Blanquer et que vous avez piloté une partie du personnel de l'Education nationale, vous connaissez la machine administrative. Quand vous êtes Agnès Buzyn et que vous avez dirigé des grandes institutions de la santé, vous connaissez la machine administrative. Même Muriel Pénicaud, dont j'avais une crainte, je me disais: "Elle est sur Business France, les problèmes de compétitivité française dus au Code du travail trop lourd, elle connaît. Est-ce qu'elle connaîtra le dialogue social?" Oui, quand on regarde son CV, elle est passée chez Martine Aubry, elle a été DRH de Danone: elle sait ce que c'est de négocier avec des syndicats, elle sait ce qu'est un CE ou un CHSCT. Il n'y aura pas de problème, elle sera à la manoeuvre pour ces dossiers. C'est un gouvernement d'experts, à lui de trouver pour ceux qui n'ont jamais tâté de la politique une dimension politique, et à ceux qui ont fait de la politique de trouver une dimension de proximité. Puisqu'il faudra que ce gouvernement montre qu'il n'est pas tombé de haut, c'est-à-dire désigné par le fait du prince Macron, mais qu'il est aussi légitime par le bas, de par son expérience. Il vaut mieux être expert de ses dossiers et se faire une expérience politique après qu’arriver bardé de gallons électoraux en connaissant rien à ses dossiers. Ils et elles verront bien au Parlement et quand ils seront dans la fournaise comment ils s’en sortent."

-
- © -

> Laurent Neumann: "Le gouvernement du parfait petit chimiste"

"C’est le gouvernement du parfait petit chimiste de la formation gouvernementale. Tous les équilibres sont respectés: les équilibres de la parité, les équilibres politiques, les équilibres entre professionnels de la politique et société civile, tout ça va très bien. Même la promesse de compétences est respectée. Quand je vois Agnès Buzyn au ministère de la Santé, je me dis qu’on a quelqu’un qui connaît son sujet. Mais tout ce beau monde va devoir cohabiter avec une personne qui s’appelle Nicolas Hulot, qui a demandé le changement de l’intitulé de son ministère: "transition écologique et solidarité". Ca veut dire que c’est lui qui va appliquer la loi de Ségolène Royal, c’est lui qui va devoir fermer sans doute plusieurs centrales nucléaires, c’est lui qui va s’occuper de l’énergie et des transports. Bref, pour le qualifier ce gouvernement, il faut dire deux choses: il a été conçu pour gagner les législatives; son efficacité à appliquer le programme d’Emmanuel Macron, ça, on le saura après les législatives."

-
- © -

> Eric Brunet: "Bruno Le Maire va faire du Macron"

"La droite n’est pas si représentée que cela arithmétiquement dans le gouvernement. Il y a eu un événement majeur, c’est lors de la passation de pouvoir, Edouard Philippe qui dit à deux reprises: "Je suis un homme de droite." Il semblerait qu’on ait eu peur dans l’entourage d’Emmanuel Macron, parce qu’on s’est dit: "Cela donne une coloration droitière à son équipe gouvernementale". C’est pour ça qu'Emmanuel Macron a fait le choix de ne prendre que deux ministres de droite, Gérald Darmanin et Bruno Le Maire. Bien évidemment, je pense qu’on est dans une relative euphorie de la "main tendue", mais les lendemains vont êtres difficiles. Parce que Bruno Le Maire, dont on connaît exactement le programme avec ses fameuses 1.000 pages de la campagne de la primaire de la droite et du centre, ne va pas appliquer son programme. Il va faire du Macron, et au bout d’un moment ça va se voir. Au bout d’un moment, les Français de droite vont se rendre compte sur un certain nombre de sujets (ISF, CSG…), qu'il ne va pas être typiquement dans le programme de la droite. En ce moment, les Républicains sont en train de manger leur pain noir, ils traversent des heures difficiles, parce qu’on les voit comme une espèce de secte imperméable qui refuse la main tendue. Mais il me semble qu’au fur et a mesure qu’on va rentrer dans l’action gouvernementale, les divergences, les différences entre le programme d'Emmanuel Macron et de la droite française vont apparaître au grand jour.

L.A.