BFMTV

Réforme du collège: Jack Lang appelle à ne pas "décapiter" les classes européennes

Jack Lang

Jack Lang - AFP

"Najat Vallaud-Belkacem est brillante et a hérité d'une situation très difficile (à l'Education nationale) en raison de dix années de casse sous des gouvernements de droite", a défendu l'ancien ministre Jack Lang sur France Inter jeudi, interrogé sur la réforme du collège portée par l'ancienne porte-parole du gouvernement. Pourtant, "ma crainte c’est la suppression de filières d’excellence qui ont fait leurs preuves", a-t-il poursuivi. "J’ai moi-même créé en 1992 les classes européennes, qui sont suivies par environ 20% des élèves. C'est un grand succès. Pourquoi décapiter ces classes? Il faut les sauver. Les filières d’excellence ne sont pas réservées aux élites, elles existent aussi dans des quartiers difficiles".

Jack Lang monte aussi au créneau pour défendre l'enseignement des langues anciennes comme le latin et le grec. "Je crois que notre ambition pour l’éducation et la culture doit être de proposer une culture élitaire pour tous".

Le collège actuel "est en souffrance depuis des années, mais au lieu de le réformer en profondeur, on a pallié ces difficultés en créant des îlots de bien-être pour quelques collégiens", tels que les classes bilangues (apprentissage de deux langues vivantes dès la classe de 6e) ou les options latin et grec, avait exposé Najat Vallaud-Belkacem sur Radio Classique et LCI. "Je soutiendrai cette réforme du collège jusqu'au bout (...) et de toutes mes forces sans jamais faillir face à ceux qui ne proposent rien, et qui voudraient qu'on reste sur le statu quo actuel". 

Najat Vallaud-Belkacem dit être "pour l'élitisme républicain", qui "donne à chaque élève les conditions et les clés de la réussite afin de permettre que seuls l'effort et le mérite les distinguent ensuite". Le président François Hollande a mardi souligné son soutien à la réforme et à sa ministre, estimant que beaucoup des détracteurs "défendent leurs intérêts particuliers".

S.A.