BFMTV

Européennes: la comédienne Josiane Balasko soutient le candidat communiste Ian Brossat

Josiane Balasko en 2013.

Josiane Balasko en 2013. - Joël Saget - AFP

L'actrice a choisi de s'engager au côté du candidat communiste Ian Brossat, et s'en explique dans une tribune publiée dans L'Humanité.

"Pourquoi je m'engage aux côtés de Ian Brossat et des communistes", c'est le titre de la tribune que signe Josiane Balasko dans le journal L'Humanité, et publiée sur le Web mardi. 

Moins de vingt jours avant les élections européennes, le 26 mai prochain, la comédienne, appelle les Français à se déplacer pour aller voter, parce que "L’Europe, cela peut nous sembler loin en effet, pourtant, les conséquences dans notre vie quotidienne sont très concrètes."

"Vous n'êtes pas forcément communiste"

"Vous n’êtes pas forcément communistes et je ne le suis pas non plus", ajoute la comédienne, qui explique pourquoi elle soutient néanmoins la liste de Ian Brossat: "La liste des communistes est la seule à mettre tout en haut une ouvrière", écrit-elle, évoquant Marie-Hélène Bourlard, ancienne ouvrière textile et numéro deux de la liste communiste. 

"En nous déplaçant le 26 mai, avec l’aide de nous toutes et de nous tous, Marie-Hélène Bourlard peut devenir la toute première femme ouvrière à entrer au Parlement européen depuis quarante ans", souligne-t-elle.

Josiane Balasko a également posé sa voix sur le clip de campagne de Ian Brossat, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. 

En février dernier l'actrice des Bronzés, qui a déjà soutenu les candidats communistes lors des élections législatives en mai 2017, avait évoqué le mouvement des gilets jaunes.

"Je suis plutôt pour qu'il y ait une justice. C'est pour ça que les mouvements qui se passent en ce moment, je les trouve tout à fait salutaires", avait-elle déclaré sur le plateau de 20h30 le dimanche, sur France 2.

Très engagée, la comédienne participe régulièrement à des manifestations contre le mal-logement, au côté du DAL (l'association Droit au logement), contre la baisse des APL (en décembre 2017), contre des expulsions de squatteurs ou en faveur des sans-papiers.

Magali Rangin