BFMTV

Jean-Vincent Placé: "L'écotaxe se justifie totalement"

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV de l'Essonne.

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV de l'Essonne. - -

Le chef de file des sénateurs EELV était l'invité d'Apolline de Malherbe. Il est revenu sur les événements du week-end en Bretagne où les agriculteurs manifestaient contre la mise en place de l'écotaxe.

"Il est normal de manifester. Mais pas de cette façon-là..." Ce lundi, invité d'Apolline de Malhebre sur BFMTV et RMC, Jean-Vincent Placé est revenu sur les actions coup de poing menées par les agriculteurs bretons ce week-end. "On trouve normal ce type d'exactions?", s'est étonné le sénateur écologiste de l'Essonne.

Rappelant que l'écotaxe n'avait pas été "inventée" par la gauche mais par la "précédente majorité" puis "reportée pour des raisons techniques", Jean-Vincent Placé a néanmoins plaidé en faveur de ce nouveau système qui devrait être mis en place au 1er janvier 2014. "L'objectif est simple: renchérir un petit peu le prix du transport routier" pour lutter contre la pollution et "rapprocher la production de la consommation", a indiqué le sénateur EELV.

"Pédagogie et autorité"

Si les Bretons sont violemment opposés au système, Jean-Vincent Placé s'est étonné des exonérations dont ils pourront bénéficier. "la Bretagne est exonérée à 50%, la nationale 164 est exonérée, la filière lait est exonérée", a-t-il listé. "Et pourquoi pas le Pays basque?".

Mais le responsable écologiste a reconnu que la Bretagne connaissait une période difficile du fait de sa "mono-activité" dans le domaine agro-alimentaire. "Le gouvernement peut faire un geste", mais "il n'a pas vocation à le faire sur l'écotaxe", a argué Jean-Vincent Placé, plaidant pour un plan de "reconversion écologiste de la Bretagne" et soulignant, à ce titre, l'action du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

Demandant au gouvernement de faire preuve de "pédagogie et d'autorité", il s'est fait plus péremptoire. "Si le gouvernement cède, il ne faudra pas s'étonner qu'il n'ait plus aucune autorité sur rien..."

"On ne peut pas ménager tout le monde"

Avec le pouvoir, Jean-Vincent Placé n'est toujours pas tendre, demandant un changement de cap politique au gouvernement. "Je constate qu'il y a eu une politique d'austérité et de rigueur assez soutenue", rappelant "les réductions dans le budget de l'écologie, mais pas seulement..."

"Il cherche à ménager tout le monde. Or à un moment donné, on ne peut pas ménager tout le monde. Moi ce que je demande, c'est une politique de gauche, écologiste et sociale...", a expliqué Jean-Vincent Placé.

V.D.